10 janvier 2019
Un fabricant de timbres oraux en faillite
Goût amer chez ODF Pharma
Par: Jean-Luc Lorry

L’entreprise ODF Pharma occupait des locaux sur le boulevard Choquette. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

L’année 2018 s’est terminée brutalement chez ODF Pharma, une entreprise spécialisée dans le développement, la fabrication et la mise en marché de timbres buccaux à dissolution rapide. Située sur le boulevard Choquette à Saint-Hyacinthe, cette PME a déclaré faillite le 21 décembre, a appris LE COURRIER.

Selon les documents obtenus auprès du syndic, ODF Pharma cumulait des dettes totalisant 1 153 003 $.

« ODF Pharma est fermée et n’a plus d’activités », confirme en entrevue au COURRIER Sheri Aberback, vice-présidente senior au syndic de faillite MNP.

Questionnée sur les raisons de cette faillite, Mme Aberback nous a répondu qu’un désaccord subsistait entre les actionnaires. « Ils n’étaient pas capables de s’entendre », souligne-t-elle.

Selon le Registraire des entreprises du Québec, les deux actionnaires d’ODF Pharma sont Jean-Norbert McMullen et Angel Lombano qui est domicilié au Venezuela.

Le site Web d’ODF Pharma indique que M. McMullen a travaillé pendant 30 ans à l’Université de Montréal à titre de professeur-chercheur à la faculté de pharmacie. En raison de la faillite, l’entreprise a procédé au licenciement de ses sept employés. Lors d’un court entretien téléphonique, M. McMullen explique plutôt la situation par de sérieux problèmes financiers. « Nous avons passé une dure période. Je pense avoir fait mon temps [dans l’entreprise] », a mentionné le dirigeant.

Créanciers non garantis

Le total des réclamations déposées par les créanciers non garantis s’élève à 1 153 000 $.

Parmi ceux-ci figurent les entreprises maskoutaines A3 Communications, Darmieux, DPA Assurances et le Groupe Maskatel.

Propriétaire de la bâtisse industrielle, Darmieux réclame un montant de 25 935 $ pour des loyers impayés. La créance due à DPA Assurances s’élève à 3 277 $. La firme A3 Communications, qui a réalisé entre autres le site Web d’ODF Pharma, attend toujours le versement de 1 387 $.

L’entreprise qui semble avoir le plus à perdre dans ce dossier de faillite est Paladin Labs qui présente une créance de 977 621 $.

Au chapitre des créanciers garantis, Angel Lombano réclame sur les biens de l’entreprise un montant de 95 073 $ et Corporation d’affacturage J.D. de Mississauga une somme de 1 $.

Fondée en 2010, ODF (Orally Dissolving Film) Pharma est le fruit d’un partenariat entre BioEnvelop et ODF Technologies.

Les Laboratoires Paladin (aujourd’hui Paladin Labs) avaient acquis en 2007 BioEnvelop, une entreprise qui était alors spécialisée dans la conception de pellicules et de gels biodégradables et comestibles.

Vente en ligne

Pour commercialiser ses timbres buccaux, ODF Pharma avait lancé sa propre gamme de produits de santé naturels sous la marque de commerce Nutra-Strip.

Ceux-ci étaient vendus principalement via une boutique en ligne. La populaire entreprise de produits naturels Jamieson commercialise de la vitamine B12 et de la mélatonine fabriquées par ODF Pharma.

L’entreprise maskoutaine avait obtenu l’accréditation de Santé Canada pour développer sa gamme de produits de santé naturels.

Malgré des matières premières et des équipements représentant un coût initial de 128 569 $, le syndic résume l’actif à un modeste 3 $. Sheri Aberback explique que les équipements étaient loués et non achetés.

La première assemblée des créanciers aura lieu le lundi 14 janvier dans les bureaux du syndic à Montréal. ß

image