26 janvier 2012
À Drummondville
Gymnastique, tennis et judo sous un même toit
Par: Jean-Luc Lorry

Afin que ses citoyens puissent bénéficier d’installations sportives sous un même toit, la Ville de Drummondville a agrandi et réaménagé ses plateaux sportifs en plus de construire un complexe aquatique.

Au total, le Complexe sportif Drummondville, incluant l’Aqua complexe, représente un investissement de 18,7 M$.

Ce projet majeur a été réalisé grâce à la participation financière des gouvernements du Québec et d’Ottawa qui ont versé chacun 5,6 M$. Ainsi, la population peut profiter de plateaux de gymnastique et de tumbling-trampoline et d’un nouveau gymnase multifonctionnel pouvant être utilisé par les associations de badminton et de basketball. Pour les amateurs, cinq terrains de tennis intérieurs ont été construits. Un nouveau local a aussi été aménagé pour pratiquer le tennis de table.Pendant ce temps à Saint-Hyacinthe, la Ville a injecté la somme de 19,8 M$ (21,2 M$ avec les taxes) dans l’aménagement de son centre aquatique. Elle devra encore investir quelques millions supplémentaires si elle veut répondre aux nombreux besoins exprimés par les organismes sportifs de son territoire. On espère à cet effet être dans les bonnes grâces de Québec pour obtenir prochainement un financement qui couvrirait 50 % des coûts d’un futur complexe sportif dans le secteur nord.

Dans l’attente d’un financement

Ce projet de construction, c’est celui d’un complexe sportif à l’école secondaire Fadette. Il est le résultat d’un partenariat conclu en 2010 entre la Ville de Saint-Hyacinthe et la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe.

La future infrastructure permettrait d’accueillir les organismes de judo, d’haltérophilie, de boxe et de gymnastique. Ces installations serviraient également aux cours d’éducation physique des élèves de l’école Fadette, en plus de répondre au développement du programme Sports-Études. Estimé à plus de huit millions de dollars, ce projet serait financé à hauteur de 40 % par la municipalité et de 10 % par la commission scolaire. Quant à l’autre 50 %, il serait assumé par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, selon le plan initial. En juin 2010, une demande d’aide financière a été adressée au Ministère par la Commission scolaire. Sauf que 18 mois plus tard, on attend toujours une réponse du gouvernement provincial. « On devrait avoir des nouvelles de Québec au cours de l’hiver et on espère qu’elles seront bonnes », souhaite Jean-François Soumis, directeur des ressources matérielles à la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe.L’échéancier des travaux sera dévoilé lorsque le Ministère aura donné le feu vert. Selon M. Soumis, les plateaux sportifs et les coûts d’exploitation seront partagés entre la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe et la Ville. Pour le moment, les activités du club de judo Saint-Hyacinthe se poursuivent dans les locaux du Centre Culturel, un édifice qui sera démoli prochainement.

image