19 octobre 2017
Haïssables, mais attachants
Par: Olivier Dénommée
Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Imaginez quatre ados de 13 à 18 ans qui vous balancent vos quatre vérités pendant 1 h 30, dans le confort d’une salle de spectacle. C’est ce que propose Les 4 haïssables – ça va fesser!, un spectacle écrit et produit par Mathieu Gratton, mais interprété avec brio par Rose Adam, Victor Boudreault, Frédérike Ambroise-Laplante et Philippe Scrive, qui s’arrêtera le 20 octobre à Saint-Hyacinthe.

« On joue un peu tous notre propre rôle, mais amplifié. Moi, je suis considéré le cruiseur, le beau parleur de la gang », explique en entrevue Philippe Scrive, le bébé de la distribution. « Les gens PENSENT qu’il est fin, mais c’est à double tranchant », précise toutefois Mathieu Gratton. Quant aux autres personnages, on a affaire à « la gardienne qui a vécu les expériences plus matures du groupe », au « bum nonchalant difficile à conformer, même dans la vraie vie », et à « la cute qui ne dira pas un mot plus haut que l’autre », énumère-t-il. Le résultat se veut un mix explosif où les quatre jeunes écorchent parfois assez durement les travers des adultes – avec humour, bien sûr!
À cela s’ajoutent des sketches et des imitations. « J’aime beaucoup celui où je joue un père beaucoup trop intense dans un aréna », lance Philippe.
Un portrait juste
« Là, on a atteint ce que le spectacle doit être : tous les numéros sont bien ficelés et il y a un crescendo du début à la fin », soutient le producteur. Il est aussi satisfait de l’assistance, essentiellement composée d’adultes, avec quelques ados curieux parmi eux. « C’est vraiment un spectacle où on rit des adultes. C’est notre première cible », souligne le jeune comédien.
Philippe Scrive croit que même si c’est « un vieux » qui a écrit les textes du spectacle, celui-ci rend bien justice au message qu’ils veulent transmettre, s’étant lui-même inspiré de son adolescent pour imaginer le concept des 4 haïssables. Le reste s’est passé aux auditions. « J’ai demandé aux 60 jeunes qui ont fait l’audition ce qu’ils pensaient des adultes, ce qu’ils aimaient des adultes et ce qu’ils n’aimaient pas des adultes. On leur a aussi demandé d’improviser sur un sujet, et je me suis inspiré de tout ça pour travailler les textes », précise Mathieu Gratton.
Un numéro évolue encore régulièrement : celui sur la liberté d’expression. « Rose et Victor testent la limite du public à l’aide de potins artistiques, afin de voir jusqu’où on peut aller. Je suis surpris, parce qu’il y a des bouts où je me dis que ça va trop loin, mais les gens rient quand même! »
Âmes sensibles s’abstenir
La formule proposée par Les 4 haïssables propose un spectacle d’environ 1 h 30, avec en bonus quelques minutes d’humour avec Mathieu Gratton pour réchauffer la salle avant de lâcher ses quatre ados sur scène. « Si vous voulez rire de vous, vous devez voir Les 4 haïssables… mais si vous êtes facilement affectés par ce qu’on dit, restez chez vous! », conclut Philippe Scrive, qui jouera pour la première fois sur une scène maskoutaine. Le spectacle, présenté à l’Espace Rona du Centre des arts Juliette-Lassonde, est prévu ce vendredi 20 octobre dès 20 h 30.

image