7 mars 2019
Forum
Incendie au centre-ville de Saint-Hyacinthe : de la compassion et des remerciements
Par: Le Courrier

La semaine dernière, le feu a détruit un important immeuble maskoutain résidentiel et commercial, datant du début des années 1900 et situé à l’arrière du Marché public, jetant à la rue quelque soixante résidents et provoquant la fermeture de plusieurs commerces.

Des gens ont dû être relocalisés temporairement dans des lieux sécuritaires et des services de base et essentiels ont été mis à leur disposition par différents organismes et par de nombreux bénévoles.

Nous voudrions, à titre de propriétaires de l’édifice concerné, faire part de notre compassion à tous les sinistré(e)s, qu’il s’agisse d’occupants des différents logis ou des propriétaires et employé(e)s des commerces affectés.

Nous voudrions également faire part de nos remerciements et de notre gratitude à tous ceux et celles qui ont participé et participent encore à cet élan de solidarité qui a permis et permet encore à tous les sinistré(e)s d’alléger, un tant soit peu, cette terrible épreuve : qu’il s’agisse des membres du conseil municipal de la Ville de Saint-Hyacinthe, de membres de la Croix-Rouge ou de membres des services d’incendie de Saint-Hyacinthe et des environs.

Mais aussi un merci particulier au maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, au conseiller du quartier, Jeannot Caron, et à Chantal Frigon, adjointe au directeur général de la Ville, pour la disponibilité dont ils ont fait preuve tout au long des interminables journées du sinistre et de celles qui ont suivi et pour l’aide qu’ils nous ont apportée pour combler certains besoins des gens qui ont tout perdu à ce moment et dont la prise en charge s’avérait indispensable.

Un merci aussi à Sylvain Morin et Denis Brodeur, de Patio d’aujourd’hui, qui ont fait preuve d’une efficacité peu commune pour sécuriser les lieux après l’incendie.

Enfin, nous voudrions témoigner notre reconnaissance à notre concierge Robert St-Jean pour sa contribution auprès de tous les sinistré(e)s.

Nous voudrions enfin que les gens comprennent que la manchette du journal Le Courrier de Saint-Hyacinthe faisant état d’un « show de boucane » reflétait exactement la situation de l’incendie au moment où le journaliste a écrit l’article, tenu qu’il était par l’heure de tombée du journal. La situation s’étant dégradée par la suite, aucun blâme ne devrait lui être adressé.

Nous voudrions aussi vous informer que les lieux seront rapidement nettoyés et que nous nous consacrons dès maintenant à élaborer un plan de reconstruction, celle-ci pouvant contribuer à la revitalisation du centre-ville tout en alliant une architecture pouvant répondre aux attentes des gens du milieu.

Merci à tous les donateurs et à tous ceux et celles que nous aurions pu oublier dans ces instants qui nous accablent.

Patrick Dillaire et Christine Tétreault

image