3 novembre 2016
Fiat 124 Spider
Joli déguisement
Par: Marc Bouchard
Marc Bouchard  autos@cgocable.ca

Marc Bouchard autos@cgocable.ca

La Fiat 124 Spider est une jolie petite voiture deux places, cabriolet, et dont tout l’intérêt réside dans le plaisir de conduite. Ça vous rappelle quelque chose? Ça devrait pourtant, puisque c’est aussi exactement la définition de la Mazda MX-5, cousine quasi jumelle de la Fiat 124.

En fait, Chérie expliquait la semaine dernière à qui voulait l’entendre que nous avions une voiture d’Halloween, puisque cette dernière avait revêtu son costume de Fiat. D’autres mauvaises langues ont créé l’appellation Fiata pour parler de la 124.

S’il est vrai qu’elle ne pèche pas par souci d’originalité, la Fiat 124 Spider a sa propre personnalité, mais elle partage résolument beaucoup avec la Mazda MX-5. Personne ne s’en cache d’ailleurs.

Attention, ce n’est pas nécessairement négatif, bien au contraire que de ressembler à la Mazda MX-5. Car on a réussi à préserver quelques-unes des principales qualités qui distinguent la MX-5 des autres véhicules.

Châssis commun

Avant de parler de nuance, il importe, je pense, de parler de ressemblance. Ici, elles sont abondantes. La structure même du véhicule est la même, bien que l’on ait revu la carrosserie du tout au tout et que la Fiat 124 soit de quelques centimètres plus longue.

La structure du toit, son maniement pour l’enlever et le remettre et sa nouvelle rigidité sont exactement les mêmes, tant sur la Japonaise que sur la petite Italienne.

Enfin, l’habitacle ne dépaysera pas du tout un propriétaire de Mazda. Il est exact que l’on a modifié un peu quelques |matériaux, rendant plus souples certaines surfaces au lieu du plastique rigide, mais en général, tout y est identique à l’exception du logo au centre du volant.

Cela signifie donc que la position de conduite est idéalement située comme c’est le cas de la MX-5. Que l’espace est loin d’y être abondant pour quelqu’un ayant de trop longues jambes (il fallait voir mon collègue tenter de se glisser à bord en tenant en main son sac d’ordinateur), et que les porte-gobelets ont été pensés par quelqu’un qui ne s’en est jamais servi.

Le système multimédia, l’écran d’affichage et le système Mazda Connect sont exactement les mêmes. 

Les différences

Mais le choix de la Fiat 124 Spider se fera probablement sur les différences. Car la voiture a beau utiliser une bonne partie des bases de la MX-5, on a quand même voulu lui préserver une personnalité propre afin de souligner le retour de l’appellation mythique chez Fiat.

Parmi les différences, la plus importante est sans conteste l’utilisation d’un moteur 4 cylindres Multiair de 160 chevaux issu directement de Fiat. Il n’est pas nécessairement plus puissant, mais procure le même genre de plaisir. Sauf qu’il exige un peu de doigté puisque son couple est disponible à beaucoup plus haut régime.

Le résultat, c’est une accélération un peu moins vive et l’obligation de faire révolutionner le moteur un peu plus haut pour en tirer le maximum, même à basse vitesse. Ce n’est pas le meilleur moyen d’avoir une randonnée silencieuse.

Heureusement, la boite de vitesse manuelle à 6 rapports, tirée de la Mazda3 dois-je préciser, fait un excellent travail et permet de moduler les changements du bout des doigts. Une boite automatique est aussi offerte au choix.

Autres modifications d’importance, ce sont les suspensions. Il faut dire que la petite Fiat compte sur 50 kilos de plus de poids. Ce qui, de prime abord, peut sembler infime, mais est une forte proportion quand on se souvient que la voiture pèse en tout 900 kilos seulement. Le poids supplémentaire se ressent en virage essentiellement, et on a voulu raffiner les suspensions en conséquence.

Elles sont donc un peu plus sèches et un peu plus rigides qu’on pourrait le souhaiter. Rien de majeur, mais même l’ingénieur de Mazda qui a travaillé chez Fiat pour les modifier l’a confirmé, il s’agit là de la principale différence de conduite entre les deux modèles. C’est ici que l’on ressent davantage la nuance entre l’Italienne nouvelle et la Japonaise plus régulière.

J’ai eu du plaisir au volant de cette petite voiture. Chérie n’aimait pas les régimes trop élevés, mais un ami qui a assuré le transport de la voiture pour me rendre service a adoré pouvoir renouer avec une boite manuelle aussi plaisante. 

Les goûts sont dans la nature et la Fiat 124 Spider offre certes une proposition proche de sa cousine, mais y ajoute tout de même un grain de sa personnalité. On ne s’en plaindra pas.

image