5 octobre 2017
Saint-Hyacinthe Technopole
Karine Guilbault prend du galon au développement industriel
Par: Jean-Luc Lorry
Karine Guilbault vient d’être nommée directrice du développement industriel de Saint-Hyacinthe Technopole. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Karine Guilbault vient d’être nommée directrice du développement industriel de Saint-Hyacinthe Technopole. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Saint-Hyacinthe Technopole, une corporation privée dédiée au développement économique de la Ville, n’affichera pas le poste de responsable du service industriel qui est vacant depuis 10 mois. La direction et le conseil d’administration se sont entendus pour offrir une promotion à Karine Guilbault en lui proposant le fauteuil de directrice du développement industriel.

Trilingue, Mme Guilbault est détentrice d’une maîtrise en science de la gestion et d’un baccalauréat en administration des affaires.
Sa maîtrise de l’anglais et de l’espagnol a facilité selon elle, la venue d’entreprise étrangère comme Industrie Gastronomique Cascajares.
Karine Guilbault a été embauchée en 2007 par le CLD Les Maskoutains à titre de commissaire au développement entrepreneurial. Au fil des années, elle a gravi les échelons pour accéder au poste de commissaire industriel à Saint-Hyacinthe Technopole, l’organisme qui a remplacé le défunt CLD et qui regroupe sous un même toit, les volets industriel, commercial et touristique.
« Il faut densifier nos parcs industriels. Pour les terrains encore disponibles, nous allons cibler les secteurs de la biotechnologie et vétérinaire », indique en entrevue au COURRIER, Karine Guilbault.
Entretenir des contacts avec les entreprises sur le territoire pour développer des liens avec des fournisseurs par exemple peut-être une voie intéressante de prospection. « Nos clients représentent d’excellents ambassadeurs pour explorer de nouvelles avenues », estime Mme Guilbault.
Toutefois, celle-ci compte également miser sur du démarchage à l’international. Dernièrement, son employeur a signé une entente de collaboration avec le pôle technologique allemand CLIB.
Pour prendre en charge le développement industriel, Saint-Hyacinthe Technopole avait recruté en février 2016 Gordon Harling, un expert en nanotechnologie.

image