22 février 2018
Tennis
La Coupe Le Blanc s’éteint
Par: Maxime Prévost Durand
La Coupe Le Blanc s’éteint

La Coupe Le Blanc s’éteint

En plus du Québec, du Canada et des États-Unis, des joueurs de l’Europe, de l’Asie et de l’Amérique du Sud ont participé à la Coupe Le Blanc au cours de ses dix éditions. Photothèque | Le Courrier ©

En plus du Québec, du Canada et des États-Unis, des joueurs de l’Europe, de l’Asie et de l’Amérique du Sud ont participé à la Coupe Le Blanc au cours de ses dix éditions. Photothèque | Le Courrier ©

Disputé pendant dix années à Saint-Hyacinthe, le tournoi de tennis international pour les 12 ans et moins, la Coupe Le Blanc, ne reviendra pas. Après avoir annulé son édition l’an dernier, l’organisation a dû se résigner à mettre un terme à cette aventure.

La nouvelle est tombée la semaine dernière alors que Philippe Le Blanc, coprésident du tournoi avec son frère Sébastien, a envoyé un courriel aux membres du comité organisateur annonçant la fin des activités de la Coupe Le Blanc.
« Comme vous le savez, nous avions annulé l’édition de la Coupe Le Blanc 2017 parce que nous avions trop de difficulté à recruter des joueurs et joueuses de haut niveau. Après réflexion et plusieurs tentatives pour raviver l’événement en 2018, Sébastien et moi en sommes venus à la conclusion que la meilleure chose à faire était de mettre fin à l’aventure de la Coupe Le Blanc », a-t-il simplement écrit.
Rejoint par LE COURRIER, Philippe Le Blanc affichait une grande déception. « C’est vraiment dommage, laisse-t-il tomber au bout du fil. On est content de ce qu’on a fait, mais on souhaitait continuer plus longtemps. »
Confrontée à une faible réponse des délégations l’an dernier, l’organisation n’avait pas eu d’autre choix que d’annuler son édition. M. Le Blanc indique avoir exploré la possibilité d’instaurer une nouvelle formule afin de relancer le tournoi cet été, mais cela n’a pas permis de raviver l’engouement.
« On visait davantage une compétition continentale », explique-t-il. Dans ce scénario, les meilleurs joueurs du Canada et des États-Unis auraient affronté les représentants d’autres continents, que ce soit l’Amérique du Sud, l’Europe ou encore l’Asie. Lors de ses dernières éditions, la Coupe Le Blanc était disputée en formule Coupe Davis, où les joueurs représentaient leur pays.
« On a communiqué avec la COSAT (association de tennis sud-américaine) et Tennis Europe. On pensait que ça aurait pu fonctionner avec la COSAT, mais depuis Noël, on n’a plus de réponse de leur côté. Puis l’Europe nous a dit que ce serait trop compliqué pour eux. »
Malgré la fin malheureuse du tournoi, la Coupe Le Blanc s’est démarquée au fil des années par son organisation. Philippe Le Blanc remercie d’ailleurs la contribution des Maskoutains au succès du tournoi pendant toute une décennie. « On est très satisfait de la participation des gens de Saint-Hyacinthe durant toutes ces années. On avait une super équipe de bénévoles et de bonnes familles d’accueil pour les joueurs. »
Lancée en 2007, la Coupe Le Blanc avait pour but de permettre aux joueurs québécois et canadiens de rivaliser avec les meilleurs athlètes de la scène internationale. Le tournoi a vu certaines étoiles montantes du tennis canadien fouler les terrains du Complexe de tennis Services financiers Guy Duhaime de Saint-Hyacinthe, dont Françoise Abanda et Félix Auger-Aliassime. D’autres joueurs qui sont passés en sol maskoutain pourraient également émerger sur la scène tennistique professionnelle dans les prochaines années.

image