27 juillet 2017
Centre culturel et sportif
La démolition reportée à l’automne 2018
Par: Jean-Luc Lorry
Les estrades extérieures situées à l’arrière de l’ancien Centre culturel et sportif sont utilisées lors des activités de sports extrêmes de l’Expo agricole. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les estrades extérieures situées à l’arrière de l’ancien Centre culturel et sportif sont utilisées lors des activités de sports extrêmes de l’Expo agricole. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Propriété de la Ville de Saint-Hyacinthe, l’ancien Centre culturel et sportif qui est utilisé seulement quelques jours par année pour l’Expo agricole n’est pas près de disparaitre du paysage maskoutain.

Prévue initialement en 2015, la démolition de cet imposant édifice de béton ne se fera finalement qu’à l’automne 2018, a indiqué la Ville au COURRIER.

« Une somme de 50 000 $ a été prévue au Programme triennal d’immobilisations (PTI) pour la préparation du devis pour les travaux de démolition et les différentes démarches afférentes à l’obtention d’un certificat d’autorisation du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques », précise sur le sujet, Brigitte Massé, directrice des communications à la Ville de Saint-Hyacinthe. 

Selon Mme Massé, ce certificat est requis pour traiter sur le site des travaux de démolition, les matériaux qui pourront être récupérés. 

Depuis le déménagement des organismes dans d’autres bâtiments municipaux, uniquement les estrades extérieures de l’édifice sont utilisées lors du Grand national de tire de tracteurs, du Super derby de démolition et du rodéo extrême, trois activités phares de la programmation de l’Expo. Ces estrades peuvent accueillir jusqu’à 1800 spectateurs. 

« L’ancien centre culturel est encore un élément clé de l’organisation de l’Expo agricole. De plus, nous bénéficions d’une belle collaboration avec la Ville », indique François Brouillard, directeur général de la Société d’agriculture de Saint-Hyacinthe (SASH).

Pour pallier la disparition prochaine du Centre culturel et sportif, la Ville s’est engagée par écrit à verser une compensation financière de 25 000 $ pour les éditions 2019 et 2020 de l’Expo.

Projet pour le site

Pour le moment, la SASH n’a pas encore statué sur la vocation du futur terrain vacant.

« On regarde quelle sera la meilleure solution à long terme pour revitaliser ce site. Cela pourrait être l’installation d’estrades permanentes avec un bâtiment qui y serait intégré. Plusieurs scénarios sont sur la table », mentionne M. Brouillard.

Depuis que le bâtiment est inoccupé, la SASH fait quand même inspecter la structure qui date de 1967 pour des questions de sécurité. Rappelons que ce bâtiment est littéralement pris d’assaut par les amateurs de sports extrêmes le temps de l’Expo.

image