6 juillet 2017
L’agriculture urbaine, c’est quoi?
Par: Le Courrier
L’agriculture urbaine, c’est quoi?

L’agriculture urbaine, c’est quoi?

C’est des jardins communautaires, des ruelles vertes, des fruits et légumes de balcon, des serres sur les toits, des bacs de culture en ville et bien plus. C’est la ville au service de l’agriculture; cultiver l’espace public, ses coins et racoins, le maximiser. 

Mais pourquoi l’agriculture urbaine dans notre région agroalimentaire? Nourrir le monde avec une agriculture de proximité comporte plusieurs avantages. Nombres d’enjeux sociaux et environnementaux liés à l’urbanisation de nos villes et à l’agriculture traditionnelle stimulent à repenser notre rapport à ces deux besoins que sont se nourrir et se loger. Alors là arrive l’intérêt de l’agriculture urbaine! Afin d’approfondir le mouvement des Incroyables Comestibles, un mouvement en agriculture urbaine partagée qui ne cesse de prendre de l’ampleur ici et ailleurs, la Plume verte a interrogé deux Maskoutains passionnés par le sujet. 

Leur profil en quelques lignes

Conjoints en amour et en affaires, Alexandre Pouliot et Véronique Hamel, sont tous deux heureux propriétaires-exploitants des Jardins de l’Escargot des Bois, une fermette sociale située à Saint-Dominique. Rêvant d’autonomie alimentaire, ils y cultivent un lopin de terre. Pour se nourrir certes, mais surtout pour offrir un lieu d’échange et de partage des connaissances à qui veut en apprendre plus sur l’agriculture. De plus, en collaboration avec le Comité des citoyen-nes pour la protection de l’environnement maskoutain (CCCPEM), ils animent de nombreux ateliers à saveur alimentaire à Saint-Hyacinthe. Les sujets accessibles à tous concernent entre autres les pousses et germinations, la conservation des aliments, la fabrication de tofu et autres. Suivez-les sur Facebook ou repérez leurs ateliers annoncés dans les journaux locaux : https://www.facebook.com/lescargotdesbois/ 

Les Incroyables comestibles; un passionnant projet de société

Alexandre explique que le mouvement des Incroyables comestibles a vu le jour en Angleterre et s’est ramifié partout dans le monde depuis la dernière décennie. Il s’agit d’agriculture urbaine dont l’entretien et les récoltes sont partagés avec la communauté. Pourquoi le mouvement des Incroyables comestibles intéresse la planète? Parce qu’il présente de nombreux avantages dont de stimuler la vie de quartier en rapprochant les voisins les uns des autres, les agriculteurs des citadins; en brisant l’isolement de certains tout en partageant des connaissances. En plus de permettre une meilleure autonomie alimentaire, l’agriculture urbaine à partager fait la promotion d’une agriculture de proximité ayant un faible impact sur l’environnement. Elle ne cherche pas à remplacer nos agriculteurs locaux, mais plutôt de valoriser leur travail en donnant envie aux citoyens de consommer local. Cela limite entre autres la pollution atmosphérique et les gaz à effet de serre causés par l’usage de la machinerie agricole et par le transport des aliments du producteur jusqu’au consommateur. Cultiver la ville, c’est aussi d’habiter réellement son espace, espace qui est nôtre. C’est de se la réapproprier, la démocratiser en facilitant l’accès à tous à des fruits et légumes locaux, diversifiés, de qualité, et à peu de coûts. 

Et maintenant, comment participer? 

Le couple m’informe que le mouvement des Incroyables comestibles et tous les outils en lien sont accessibles à tous sur Internet et libres de droits. Ils ont été créés par des citoyens comme vous et moi, de partout dans le monde pour se réapproprier nos villes. Il suffit de quelques pots sur votre balcon, d’en discuter avec des voisins ou d’écrire une lettre à votre conseiller de quartier pour voir de tels projets près de chez vous. Ou encore de participer aux initiatives déjà en place; les bacs d’Incroyables Comestibles du CCCPEM installés à travers les parcs de la Ville, les jardins communautaires de quartier, le projet d’agriculture urbaine au centre-ville en collaboration avec la Société de développement du centre-ville, le groupe Jardin de rue et les jeunes de Volontariat d’Espace carrière.

Au plaisir de jardiner la ville tous ensemble. 

L’équipe de la Plume verte

image