26 janvier 2012
Volkswagen CC 2013
Le charme opère encore
Par: Marc Bouchard

(Nice, France) – Elle a du charme, du chien, et a su conserver ses charmantes rondeurs. Bien sûr, elle a légèrement changé d’appellation, a perdu son appartenance à la famille Passat, mais la nouvelle Volkswagen CC 2013 n’a rien perdu de sa personnalité. En fait, on lui en a même ajouté un peu…

Dans les faits, les nuances entre la Passat CC d’ancienne génération et sa nouvelle mouture sont d’abord purement esthétiques. La calandre profite désormais d’un fini chromé du plus bel effet et les blocs optiques avant et arrière ont été considérablement modifiés. Le résultat : la nouvelle CC a une allure encore plus sophistiquée que sa précédesseure et possède aussi un capot plus affirmé.

Pour le reste, peu de changements, la CC conserve sa silhouette de coupé 4 portes unique en son genre et tellement bien réussie. La ligne de toit qui s’abaisse vers l’arrière continue de lui sculpter une silhouette unique. Quant à l’intérieur, il n’a pas subi de modifications majeures. En fait, on le calque exactement sur l’ancienne version, utilisant des matériaux bien adaptés et une finition sans reproche réel. On peut bien se questionner sur la présence d’une petite horloge analogique en plein centre de la planche de bord dont la finition n’est pas la même que son environnement, mais rien de plus. La position de conduite est sans reproche, l’ergonomie simple comme pour toutes les Volkswagen, mais sans plus. Parce que la CC se veut au sommet de la gamme, l’habitacle est en général plus raffiné. Mais par une si mince marge… Changement majeur cependant pour cette version 2013, le coupé 2+2 devient désormais un cinq passagers, la console centrale arrière disparaissant au profit d’un siège supplémentaire, aussi inconfortable soit-il. Chez VW, on anticipe une augmentation des ventes en raison de ce simple changement qui rend désormais la voiture plus familiale.

Sous le capot

Encore une fois, aucun changement sous le capot. On y retrouve deux moteurs bien connus, incluant le 2,0 litres turbo de 200 chevaux comme il se doit. On propose aussi un V6 3,6 litres jumelé à une boîte automatique 6 rapports, dont les capacités sont aussi familières aux amateurs de VW. Et pour faire bonne figure, ce V6 de 280 chevaux est aussi offert avec le système 4Motion (à traction intégrale) de la compagnie allemande.

Seuls détails, nous dit-on, les moteurs ont été légèrement recalibrés, non pour en augmenter la puissance, mais pour en améliorer la consommation. Évidemment, impossible, dans un aussi court temps, de valider ou non cette information.

Sur la route

C’est quand on prend le volant que la CC nous dévoile vraiment tout son charme. Alors, les lecteurs assidus sauront que mon travail est exigeant, mais que je n’hésite jamais devant les défis, et c’est avec beaucoup de courage que je me suis lancé sur les routes sinueuses et ensoleillées de la Côte d’Azur pour mettre à l’épreuve cette nouvelle déclinaison.

Premier constat : malgré une direction très précise, la voiture nous donne une sensation de grosseur. Il faut dire que ses dimensions contrastent un peu avec les routes étroites qui longent la Corniche, et où il faut parfois refermer les miroirs latéraux pour rencontrer les voitures qui viennent de face. Malgré tout, elle se faufile avec aisance dans les rues de Nice, fournissant suffisamment (et même un peu plus) de puissance dès qu’on la sollicite pour rendre la tâche facile. Il faut quand même admettre qu’elle n’a jamais failli à la tâche, faisant preuve d’un étonnant rayon de braquage de faible dimension et de suspensions qui, sans être d’une fermeté trop grande, étaient capables de bien absorber les rebonds de la chaussée des Alpes Maritimes qui n’en n’est pas exempte non plus. Elle a bien quelques défauts cette nouvelle CC, mais rien de majeur : l’accessoirisation de base est un peu sobre pour une voiture qui se veut haut de gamme, mais les groupes d’option rendent la tâche plus facile. Et je regardais avec envie le moteur diesel disponible en Europe, mais qui chez nous brille encore par son absence. Pour le reste, rien à redire. La CC a toujours été l’une de mes Volkswagen préférées, et à en juger par cette nouvelle déclinaison, elle le restera!

Forces :

– Design agréable – Moteur souple – Direction précise

Faiblesses :

– Accessoires de base limités – Pas de moteur diesel – 5e place symbolique

Fiche technique :

Véhicule d’essai : VW CC 3,6 l 2013 Moteur : V6 3,6 l Puissance : 260 ch à 6200 tr/min Autre moteur : 2,0 l turbo de 200 chevaux Garantie de base : 4 ans – 80 000 km Prix : ND

image