8 février 2018
Hockey collégial
Le premier rang à l’enjeu dans le sprint final
Par: Maxime Prévost Durand
Les Lauréats ont battu les Cougars du Collège Champlain-Lennoxville dimanche pour prendre une avance de quatre points au classement de la ligue collégiale. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Les Lauréats ont battu les Cougars du Collège Champlain-Lennoxville dimanche pour prendre une avance de quatre points au classement de la ligue collégiale. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

À l’approche des séries éliminatoires, les Lauréats du Cégep de Saint-Hyacinthe trônent toujours au sommet du classement de la ligue de hockey collégiale du RSEQ. Avec trois matchs à disputer, ils détiennent une mince avance de quatre points sur leurs plus proches poursuivants, les Cougars du Collège Champlain-Lennoxville et les Nordiques du Collège Lionel-Groulx.

Le hic? Ces deux équipes qui talonnent les Maskoutains ont joué deux matchs de moins qu’eux jusqu’ici. Une féroce lutte est donc à prévoir jusqu’à la toute fin du calendrier régulier, à la fin février.
À ce stade de la saison, la formation maskoutaine présente une fiche impressionnante de 25 victoires contre seulement 8 défaites. Ses poursuivants ont quant à eux des dossiers identiques de 22 victoires, 7 revers et 2 défaites en prolongation/fusillade.
Du côté des Lauréats, on ne veut pas trop s’en faire avec cette course au premier rang, préférant se concentrer sur la préparation de l’équipe avant le début des séries. « C’est sûr que, si on finit premier, on va être très content, mais ce n’est pas notre objectif ultime. Ce qu’on veut surtout, c’est que notre système de jeu soit bien établi pour qu’on gagne en séries », soutient l’entraîneur-chef Louis-Philippe Blanchet.
Il note encore quelques ajustements à réaliser afin d’atteindre le niveau souhaité. « Il reste encore des choses à peaufiner. En séries, le jeu est beaucoup plus serré, souligne-t-il. On a une équipe qui possède beaucoup d’habiletés, mais on marque souvent sur des contre-attaques et des jeux en périphérie. On doit trouver une façon de travailler plus proche du filet. C’est peut-être moins beau, mais c’est efficace. »
La profondeur de l’équipe est jusqu’ici un atout qui lui permet d’avoir le succès qu’elle connaît. En plus d’avoir une attaque redoutable (138 buts marqués, 2e dans la ligue), elle présente une défensive efficace (83 buts accordés, 3e dans la ligue). « C’est une fierté pour nous. On laisse place à la créativité à l’attaque, mais on veut rester serré et hermétique en défensive. »
D’ici la fin du calendrier régulier, les Lauréats ne joueront qu’un match par semaine, alors qu’ils en disputent habituellement deux. Un avantage ou un piège? « On va essayer de le tourner pour que ce soit un avantage, pour être bien reposé avant les séries, confie Blanchet. À l’inverse, le danger est de ne pas être assez en forme. Pour ces semaines où on a seulement un match à l’horaire, on a donc décidé d’ajouter une pratique. »
Ce répit permettra notamment de guérir les derniers bobos avant que les séries débutent. « On a été affecté surtout au retour des Fêtes. Il y avait toujours quatre ou cinq gars blessés qui jouaient quand même, ce qui n’est pas l’idéal », avoue l’entraîneur-chef.
Les Lauréats affronteront leurs trois rivaux de section dans le sprint final de la saison régulière. Ils lanceront cette dernière portion du calendrier avec un deuxième match en autant de semaines face aux Cougars du Collège Champlain-Lennoxville, dimanche après-midi, à Lennoxville. Le premier duel a été remporté par Saint-Hyacinthe au compte de 5 à 2 au Stade L.-P.-Gaucher dimanche dernier.
Les Dragons du Collège Laflèche et les Rebelles du Cégep de Sorel-Tracy, qui sombrent dans les bas-fonds du classement, tenteront ensuite de surprendre les Maskoutains. Le match face aux Dragons, le 18 février, à 19 h, sera le dernier à Saint-Hyacinthe avant les séries. Les Lauréats termineront leur saison à Sorel le 25 février.

image