19 octobre 2017
Invité par la Chambre de commerce
Le président de Desjardins fait salle comble
Par: Jean-Luc Lorry
Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, a prononcé une allocution devant une salle comble au Pavillon La Coop. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, a prononcé une allocution devant une salle comble au Pavillon La Coop. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, a prononcé une allocution devant une salle comble au Pavillon La Coop. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, a prononcé une allocution devant une salle comble au Pavillon La Coop. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le diner-conférence tenu par Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, a fait salle comble au Pavillon la Coop mardi.

Organisée par La Chambre de commerce de la grande région de Saint-Hyacinthe, l’allocution du dirigeant de l’un des plus importants groupes financiers corporatifs au monde a réuni plus de 400 personnes.
Le coût de participation de 95 $ pour les membres de la Chambre n’a pas dissuadé la communauté d’affaires maskoutaine, des responsables locaux de Desjardins et les organismes en lien avec le développement économique comme Développement économique de la MRC des Maskoutains (DEM) et Saint-Hyacinthe Technopole de se rendre écouter le grand patron de Desjardins.
Au grand plaisir de l’auditoire, Guy Cormier a salué la Ville de Saint-Hyacinthe comme capitale agroalimentaire du Québec. « Dans le seul secteur du crédit agricole, le Mouvement Desjardins appuie plus de 13 000 entreprises et détient 39 % du financement global des entreprises agricoles du Québec », a mentionné M. Cormier.
Après s’être félicité du fait que l’économie canadienne était partie « sur les chapeaux de roue en 2017 avec un taux de croissance annualisé de 4,1 % », M. Cormier a souligné que certains nuages faisaient de l’ombre à cette performance. « Le haut niveau d’endettement des ménages et les déséquilibres dans le marché immobilier au Canada sont à surveiller », a-t-il évoqué.
Sur la scène internationale, son institution financière suit avec grand intérêt l’évolution des relations commerciales du pays avec les États-Unis.
« Actuellement, un vent hostile souffle du sud de la frontière. Les échos qu’on reçoit des négociations sur l’ALENA, où notre principal partenaire semble privilégier l’approche du « deux poids deux mesures », ne sont pas très réjouissants », a observé le dirigeant.
Ristourne et guichet automatique
Après sa prestation, Guy Cormier a accordé quelques minutes au COURRIER où il a été question des guichets automatiques et de la fameuse ristourne.
La réduction des points de services de Desjardins dans la région a eu pour conséquence une diminution du nombre de guichets automatiques.
« Les statistiques des dernières années démontrent que l’utilisation que les gens font des guichets automatiques baisse de 10 % par année. Dès 2018, nous visons à remplacer notre parc de guichets automatiques pour le rendre encore plus moderne. Pas seulement pour le rationaliser, mais pour optimiser notre offre de services », a indiqué sur le sujet Guy Cormier.
La ristourne qui a longtemps fait partie des atouts de Desjardins va demeurer et pourrait être bonifiée.
« Personnellement, je pense que la ristourne est un avantage distinctif de la coopérative. Plus les gens font affaire avec leurs caisses, plus nous générons d’excédents, plus nous sommes capables d’en retourner au monde en ristourne. Si le Mouvement Desjardins continue de prospérer, on peut s’attendre à une augmentation de la ristourne dans les prochaines années », a laissé entendre le président de Desjardins.
Rappelons qu’en 2014, les ristournes versées par l’ex-caisse Desjardins de Saint-Hyacinthe (devenue la caisse de la région de Saint-Hyacinthe) avaient baissé de 25 % alors que ses excédents affichaient une hausse de 33 %.
Cet automne, le sujet sera débattu par les délégués des différentes caisses au Québec.

image