7 mars 2019
Incendie de la Place Frontenac
Les commerçants en mode solution
Par: Rémi Léonard

Cinq commerces ont été détruits lors de l’incendie de la Place Frontenac. On s’efforce d’aider les propriétaires concernés à se relocaliser ailleurs au centre-ville. Photo François Larivière | Le Courrier ©

En plus de la quarantaine de logements détruits, l’incendie qui a ravagé la Place Frontenac la semaine dernière a également touché cinq commerces, qui se retrouvent aujourd’hui sans local, ainsi que leurs employés.

Dès le lendemain du sinistre, la directrice générale de la Société de développement commercial (SDC) du centre-ville, Laurie Breault, a assuré que son organisme et Saint-Hyacinthe Technopole étaient déjà en contact avec les propriétaires touchés afin de « trouver des solutions concrètes pour relocaliser ces commerces le plus rapidement possible ». La Place Frontenac abritait les restaurants L’Escabèche et Ô Saint-Patrick (mêmes propriétaires), Dame Tartine et Super Sushi ainsi que la boutique La Québec’africaine.

Au cœur des démarches, le directeur du développement commercial à Saint-Hyacinthe Technopole, Sylvain Gervais, a fait état en début de semaine des efforts déployés jusqu’à maintenant. Même s’il est encore trop tôt pour connaître les plans de chacun des commerces, toujours en démarche avec leurs assureurs, M. Gervais a indiqué qu’il avait déjà commencé à contacter les propriétaires de locaux vacants pour évaluer les options de relocalisation. Même si les commerçants sont naturellement « affectés » par les récents événements, « le mode solution est déjà enclenché pour certains », a-t-il rapporté. Sa tâche pour la suite sera « d’accompagner les commerçants touchés à chacune des étapes » afin qu’ils puissent se relever de cet incident. L’objectif est bien évidemment de ne pas perdre un commerce pour de bon à cause de cet incendie, a reconnu M. Gervais. Les garder au centre-ville est aussi une priorité, a-t-il affirmé.

Soulignons que le principal actionnaire de L’Escabèche et du Ô Saint-Patrick, les Gestions Riendeau & Lévesque, est également propriétaire d’un immeuble vacant au centre-ville, au coin des rues Sainte-Anne et Girouard Ouest. Le projet mixte (commercial et résidentiel) envisagé à cet endroit pourrait donc un jour accueillir ces restaurants, même si « le site n’est pas prêt » dans l’immédiat, a indiqué M. Gervais.

Dommages collatéraux limités

Léger baume dans les circonstances, aucun dégât majeur n’est à signaler dans les autres commerces du secteur, a informé Laurie Breault, incluant le Marché public. Pendant l’incendie, la fumée a forcé quelques commerces voisins à fermer leurs portes, mais la plupart ont rouvert dès vendredi. Malgré l’impressionnante quantité d’eau utilisée par les pompiers, il n’y a pas eu d’inondation dans le secteur, ont également informé les autorités. Mme Breault a par ailleurs fait un appel à encourager les commerçants du centre-ville dans ces moments plus difficiles.

image