21 février 2019
Procès de Guiseppe de Leto
Les premiers témoins entendus depuis mardi
Par: Olivier Dénommée

Guiseppe de Leto, le jour de sa première comparution au palais de justice de Saint-Hyacinthe, le 19 mai 2016. Photothèque | Le Courrier ©

Le jury dans l’affaire de Guiseppe de Leto, ce Valois de 37 ans qu’on accuse d’avoir tué le copropriétaire et la gérante du bar de danseuses Cabaret Flamingo en 2015, a été formé lundi. Depuis mardi, ces sept hommes et cinq femmes écoutent attentivement la preuve que leur présente le ministère public.

La Couronne, représentée par Me Marie-Claude Morin, espère convaincre les membres du jury hors de tout doute raisonnable que l’accusé, qui a été arrêté le 18 mai 2016, est coupable des deux chefs de meurtres au premier degré sur Martin Bélair et Nancy Beaulieu et des deux chefs de complots pour meurtre en complicité avec Francis Yergeau. Les premiers témoins ont été entendus mardi et mercredi et la cause devrait se poursuivre jusqu’à la fin mars.

La première personne à comparaître mardi matin a été la technicienne en scène de crime pour la Sûreté du Québec, Sophie Fortin. Celle-ci a témoigné avoir été la première à découvrir les corps des victimes le 9 janvier 2015, recouverts de neige dans la boîte d’un véhicule de type « pick-up » abandonné à Mascouche. L’agente a aussi fait des expertises sur le véhicule, appartenant à M. Bélair, puis sur les vêtements que portaient les victimes. Elle a aussi fait partie de l’équipe qui a visité la cimenterie MBM, lieu de travail de l’accusé et de son complice allégué, en mai 2016, quelques jours avant leur arrestation.

En plus des témoignages policiers, d’autres personnes ont été appelées à témoigner, dont une agente de voyage qui a vendu un voyage à Nancy Beaulieu quelques heures avant sa mort, sa sœur Véronique Beaulieu et un ancien DJ du bar de danseuses et voisin d’une des victimes, Martin Montpetit. Mercredi matin, Me Morin a aussi présenté des enregistrements captés par des caméras dans le Flamingo le 7 janvier 2015, lorsque le personnel a réalisé la disparition de Nancy Beaulieu qui n’est jamais rentrée travailler ce soir-là.

Quelques dizaines de témoins devraient être appelés par la Couronne au fil des prochaines semaines, mais on ne connaît pas encore les intentions de la défense, représentée par Me Marc Labelle. Le procès, qui se poursuit aujourd’hui au palais de justice de Saint-Hyacinthe, est présidé par le juge André Vincent.

Steve Gaudette

Dans un tout autre dossier, Steve Gaudette est brièvement revenu devant le juge Maurice Galarneau mercredi matin. Les deux parties étaient encore en attente d’une expertise quant à l’aptitude de l’accusé à subir son procès pour meurtre au deuxième degré sur la personne de Denis Chassé, poignardé à mort dans le tunnel Laframboise en juillet dernier. Dans l’attente de cette fameuse expertise, la prochaine comparution est prévue le 28 mars.

image