7 septembre 2017
Contacts sexuels avec un mineur
Luc Lalonde avoue sa culpabilité
Par: Maxime Prévost Durand
Luc Lalonde. Photothèque | Le Courrier ©

Luc Lalonde. Photothèque | Le Courrier ©

Près de 15 mois après le début des procédures judiciaires le visant, Luc Lalonde a finalement plaidé coupable à deux chefs d’accusation qui pesaient contre lui dans une histoire de pédophilie, évitant ainsi la tenue d’un procès.

Des discussions entre la Couronne et la Défense avant le retour de la cause devant le tribunal, le 31 août, ont mené à l’arrêt des procédures concernant cinq des sept chefs auxquels il faisait face. Les deux chefs pour lesquels il a avoué sa culpabilité sont incitation à des contacts sexuels et attouchements sexuels sur un enfant de moins de 14 ans. Les gestes ont été posés entre janvier 2008 et janvier 2010.
Son avocat, Me Luc Simard, avait pourtant laissé entendre au COURRIER plus tôt au printemps que son client s’orientait vers un plaidoyer de non-culpabilité.
Dans une demande commune formulée par les avocats au dossier, un rapport sexologique a été exigé pour la prochaine étape de l’histoire, soit celle des représentations sur la sentence, prévue le 28 novembre. Un rapport présentenciel a aussi été demandé.
Déjà libre sous certaines conditions depuis le début des procédures, Luc Lalonde le restera jusqu’à ce que sa peine soit prononcée.
L’homme de 64 ans est un ancien employé de la Ville de Saint-Hyacinthe, où il a été le coordonnateur à la circulation du Service des travaux publics pendant une dizaine d’années en plus d’être superviseur au sein du Service de la sécurité publique. Il s’était également longtemps impliqué au sein de la communauté sportive, notamment au hockey et au golf.

image