Olymel fait jaser | Le Courrier
Opinion
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageOpinionimageEntre Les Lignesimage
Olymel fait jaser
13 février 2014

Olymel fait jaser

Deux nouvelles récentes au sujet d'Olymel.

En janvier, nous annoncions que le géant canadien de la transformation de porc et de poulet avait reconduit le bail de son siège social maskoutain jusqu'en février 2013. Et comme une bonne nouvelle en attire souvent une autre, elle l'a fait toute seule comme une grande, sans demander un sou au milieu maskoutain.Ce dernier avait accepté avec un fusil sur la tempe de lui verser 60 000 $ en subventions la dernière fois afin de la convaincre de prolonger le bail de son siège social de cinq ans. Pas certain qu'elle avait besoin de ce coup de pouce, mais le CLD s'était montré bon joueur et avait versé l'argent sur cinq ans.Heureusement, ce geste isolé n'a pas donné des idées à d'autres sociétés.Pour ma part, j'aimerais savoir que pour Olymel le choix d'avoir son siège social à Saint-Hyacinthe s'impose de lui-même et qu'elle est chez nous pour de bon. Et qu'elle le fait surtout pour de bonnes raisons, sans aucun chantage émotif ou financier.Par ailleurs, nous apprenions la semaine dernière que la municipalité de Saint-Simon et Olymel sont actuellellement engagées toutes les deux dans une lutte à finir. L'entreprise conteste en effet la valeur de ses immeubles de Saint-Simon, immeubles qui tournent au ralenti, pour ne pas dire davantage depuis le conflit de travail que l'on connaît.On peut facilement comprendre la frustration du maire Normand Corbeil qui voit ce bon citoyen corporatif chercher à réduire son compte de taxes d'environ 20 000 $. Considérant les efforts consentis par la municipalité et les citoyens de Saint-Simon pour offrir des infrastructures de premier plan à l'entreprise, le geste d'Olymel apparaît donc comme une insulte vu la somme dérisoire au coeur du litige.Mais au lieu d'en découdre avec la municipalité pour si peu, Olymel ne devrait-elle pas mettre ses énergies à s'entendre avec le syndicat, à résoudre le conflit et à relancer l'usine, voire à la vendre au plus offrant si aucun règlement n'est possible?Je pose la question comme ça juste pour le plaisir de la chose...

M.B.

image