Un vrai toit pour la Maison des Jeunes | Le Courrier
Opinion
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageOpinionimageForumimage
Un vrai toit pour la Maison des Jeunes
6 mars 2014

Un vrai toit pour la Maison des Jeunes

Le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, était bien entouré pour couper le ruban à l'inauguration de la Maison des Jeunes de Saint-Hyacinthe, nouvelle version.
La Maison des Jeunes de Saint-Hyacinthe porte beaucoup mieux son nom maintenant qu'elle est installée dans des locaux bien à elle à l'angle de l'avenue Beauparlant et de la rue Turcot.

Après s'être contentée durant deux ans des vestiaires du stade L.-P.-Gaucher, puis des courts de tennis voisins du centre aquatique à l'été 2012, puis de roulottes qui étaient déplacées d'un endroit à l'autre, la Maison des Jeunes se retrouve aujourd'hui sous un toit permanent, au cœur de l'agglomération maskoutaine, grâce au concours de la Ville de Saint-Hyacinthe.

« Nous sommes ici dans un point central de la ville, proche des anciens locaux qui ont cédé leur place au Centre aquatique Desjardins, juste à côté de nombreuses infrastructures de loisirs et voisin des écoles secondaires », a souligné le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, en procédant à l'inauguration de la nouvelle Maison des Jeunes en présence de nombreux invités.Acquis par la Ville dans un échange d'immeubles avec la Société d'agriculture de Saint-Hyacinthe, le petit bâtiment de brique du 990, rue Turcot a été complètement réaménagé l'automne dernier au coût de 125 000 $ par l'équipe du service des Travaux publics. Et la Maison des Jeunes a consacré elle-même 30 000 $ au projet, une somme allouée à l'achat d'équipements et de meubles pour rendre les lieux à la fois accueillants et divertissants. Salon, cuisine, jeux vidéos, table de billard, table de ping-pong : la nouvelle Maison des Jeunes a tout pour plaire à sa clientèle, notamment constituée de 400 membres. Elle reçoit la visite de 50 adolescents par jour, en moyenne, et cela six jours par semaine.« C'est souvent leur seul contact heureux avec un adulte durant la journée. La Maison des Jeunes rayonne à travers la ville, c'est un milieu de vie où on donne aux jeunes des moyens de se prendre en main. L'adolescence, ce n'est pas toujours rose, mais ce n'est pas aussi sombre qu'on pourrait le croire, » a souligné la coordonnatrice, Julie Lepage. Elle a aussi relaté les aventures vécues par de la Maison des Jeunes après la démolition du pavillon Sacré-Coeur en 2010, au moment de la mise en chantier du centre aquatique. « Aujourd'hui, c'est l'aboutissement de plusieurs années de démarches. Ça n'a pas toujours été facile, il y a eu des hauts et des bas, mais on a réussi à passer au travers », a-t-elle confié. La présidente de l'organisme, Isabelle Labossière, a souligné que la Maison des Jeunes, qui existe depuis 30 ans, pouvait compter sur équipe stable et cohérente dans ses décisions. « Ces dernières années, nous avons travaillé très fort à garder le cap. Nous avons cru en notre projet de nous maintenir dans Bourg-Joli, on a fait confiance à nos idées », a-t-elle souligné.La création d'un parc pour planches à roulettes sur un emplacement permanent est un autre projet que la Maison des Jeunes a soumis à la Ville de Saint-Hyacinthe et pour lequel des discussions sont amorcées, a indiqué Mélanie Martin, une intervenante qui s'occupe du dossier.

image