Vox populi, vox Dei | Le Courrier
Opinion
Le doyen des journaux français d'Amérique
Saint-Hyacinthe
AccueilimageOpinionimageForumimage
Vox populi, vox Dei
1 mai 2014

Vox populi, vox Dei

La Présentation, le 7 avril 2014

En cet avant-midi du 7 avril, je viens tout juste de voter. Une élection est sensée être l'exercice le plus significatif dans une démocratie; la voix du peuple doit s'y exprimer. Malgré le fait que je vienne de faire mon devoir de citoyen, j'ai le coeur lourd. La stratégie partisane mesquine a été le seul objectif des partis ayant une chance de former le gouvernement; le tout semblait se résumer à rouler l'adversaire dans la boue de la Commission Charbonneau. Où étaient les enjeux de société? Pauvre « démos » « kratia»! Ce faisant, ces politiciens oubliaient que la racine grecque du mot est censée vouloir dire « pouvoir du peuple »! Le pouvoir du peuple va bien au-delà du droit de vote tous les quatre ans. Il inclut la participation du citoyen éclairé comme partie prenante à une prise de décision collective; les audiences du BAPE en sont un bon exemple. Depuis 1994, j'ai participé à plusieurs audiences de cette institution. L'observateur aguerri de la scène environnementale que je suis devenu a l'impression qu'un « pattern » malsain peut s'observer dans le dossier des gaz de schiste. C'est que les gouvernants, par cette série de trois études portant sur le même sujet des gaz de schiste, font semblant d'écouter le peuple avec des audiences, mais en « pipant » les dés pour que les citoyens soient subtilement guidés par le processus vers la décision espérée par l'industrie. Pour la troisième étude, portant sur le gaz de schiste, on ne voit aucun représentant de l'industrie. Ils sont très discrets; est-ce à dire que le lobby de l'industrie a renoncé à exploiter le gaz sous nos pieds? Si tel était le cas, pourquoi une autre étude? Est-ce que le principe de « l'acceptabilité sociale » signifie que l'industrie veut avoir les citoyens à l'usure malgré le fait que plus de 65 000 citoyens ont signé une lettre « Vous n'entrerez pas chez nous »? Toujours sur le thème de « l'acceptabilité sociale » sur 200 mémoires présentés au BAPE #273 de 2010, 160 des mémoires s'objectaient à l'exploitation et réclamaient un moratoire. Les signataires de mémoires de la minorité qui y étaient favorables avaient souvent un intérêt financier dans l'exploitation des gaz de schiste. De plus, toutes les études présentées devant la Commission semblent tenir pour acquis que l'exploitation est inévitable. Pourquoi est-ce que la non-exploitation n'est pas un des enjeux majeurs de cette succession d'audiences sur le même sujet? Malgré le fait que des milliers de puits ont été forés en Amérique du Nord, les études sont très théoriques comme s'il n’existait aucune donnée concrète. En paraphrasant ce qui s'est dit la semaine dernière, une experte a souligné qu'une exposition à un contaminant peut être néfaste en faible concentration pour une population dense alors qu’elle pourrait être faiblement néfaste à grande concentration pour une population clairsemée. Une personne n'est pas une statistique mathématique abstraite; le citoyen qui vit à l'ombre de la foreuse est une personne en chair et en os. Lorsque cette personne est atteinte d'un cancer, elle doit vivre avec l'angoisse du diagnostic, la douleur de la tumeur et éventuellement faire face à la mort. Le jeudi 3 avril, en soirée, nous avons eu droit à la perle de ce jeu d'études déconnectées de la réalité. Comme mesure d'atténuation pour minimiser les inconvénients des quelque 2 000 allers-retours de camions lourds qui circuleraient dans un village, M. Allard a recommandé d'installer des fenêtres insonorisées et un climatiseur. Et il serait possible que les camions aient un tuyau d'échappement directionnel. Est-ce que cet expert veut nous faire croire que tous les sous-traitants auront un « muffler » orientable? À cela, je pourrais ajouter qu'une autre mesure de mitigation est déjà en place; la limite de vitesse légale est de 50 km/h dans un village. Est-ce que quelqu'un parierait sa vie sur le fait que jamais un seul camionneur dépassera la vitesse permise? Je sais que la présidence du BAPE a le devoir d'exécuter le mandat requis par le ministre de l'Environnement. Nous savons que le lobby pétrolier exerce, en sourdine, son influence sur la politique des divers gouvernements. À défaut d'une consultation valable, ceci pourrait conduire à une politique de la rue vécue durant le printemps érable. Le BAPE doit refuser que la politicaillerie mesquine que nous voyons présentement « avilisse par intérêt » la démocratie en général et votre institution en particulier. Je compte sur le BAPE pour que la voix du peuple soit respectée par un fonctionnement qui ne soit pas « biaisé ».

Gérard Montpetit La Présentation

image