10 janvier 2019
Challenge futsal scolaire
Petit tournoi devenu grand
Par: Maxime Prévost Durand

Pas moins de 136 équipes provenant d’écoles secondaires de partout en province s’amèneront à Saint-Hyacinthe du 11 au 13 janvier pour la 20e édition du Challenge futsal scolaire. Photothèque | Le Courrier ©

Le Challenge futsal scolaire de Saint-Hyacinthe, autrefois appelé Challenge Colédo-Patriotes, célébrera son 20e anniversaire lors de sa prochaine édition, qui se tiendra du 11 au 13 janvier, à Saint-Hyacinthe. Petit tournoi devenu grand – le plus grand de tous les tournois de futsal scolaire -, il accueillera au cours de la fin de semaine pas moins de 136 équipes de partout au Québec. Dire qu’à sa première édition, à peine 12 équipes étaient au rendez-vous.

« Quand on a lancé ce tournoi, on ne savait pas trop à quoi ça allait ressembler, se souvient Jean-François Lafond, l’un des responsables du tournoi. On est content de voir que notre bébé continue de grandir. »

Après une édition record l’an dernier, alors que 148 équipes étaient attendues, le Challenge futsal scolaire a dû revoir un peu à la baisse son nombre d’inscriptions, faute de pouvoir utiliser le gymnase du Cégep de Saint-Hyacinthe, déjà réservé pour d’autres activités.

« Le comité organisateur a travaillé fort pour minimiser l’impact de cette situation, a noté M. Lafond. Après quelques visites de gymnases en périphérie de Saint-Hyacinthe, [nous avons choisi d’opter pour] le Centre multisports Synagri, à La Présentation. »

Au total, le tournoi se déploiera dans huit gymnases, soit ceux de l’École secondaire Saint-Joseph, du Collège Saint-Maurice, de la Polyvalente Hyacinthe-Delorme et de l’École secondaire Casavant.

Comme c’était le cas l’an dernier, pas moins de 13 bannières seront à l’enjeu. Les équipes seront divisées dans les classes benjamin, cadet et juvénile, de division 2 et 3, tant chez les garçons que chez les filles. La classe benjamin masculin division 3b sera également de retour.

Parmi les 136 équipes qui seront en compétition, une trentaine sont de Saint-Hyacinthe. Treize proviennent de l’école secondaire Fadette, huit de l’École secondaire Saint-Joseph, cinq de la Polyvalente Hyacinthe et quatre du Collège Saint-Maurice, dont une toute première équipe masculine depuis qu’il est devenu mixte l’an dernier. Les autres équipes viennent d’un peu partout au Québec, certaines d’aussi loin que Rimouski, Gatineau et Sherbrooke.

La petite histoire

D’abord uniquement féminin, le tournoi a été lancé par Jean-François Lafond et Daniel Patenaude afin de permettre aux joueuses du Collège Saint-Maurice de rivaliser avec des équipes de l’extérieur de Saint-Hyacinthe. Les débuts ont été plutôt modestes, alors qu’on retrouvait seulement quatre équipes dans chacune des classes, soit benjamine, cadette et juvénile.

Dès sa deuxième édition, l’organisation a toutefois instauré le principe d’hébergement des équipes dans les classes, ce qui lui a permis de se démarquer rapidement des autres tournois et d’attirer des écoles venant d’un peu plus loin.

Quelques années plus tard, le volet masculin s’est ajouté à l’offre du tournoi et Jonathan Morin, alors responsable des sports à l’École secondaire Saint-Joseph, s’est joint à l’organisation. Cette collaboration entre les deux écoles privées a mené à l’utilisation de l’appellation Challenge Colédo-Patriotes.

Disputé sur deux fins de semaine pendant bon nombre d’années, l’une pour les filles et l’autre pour les garçons, le tournoi s’est véritablement imposé comme un incontournable sur la scène provinciale lorsqu’il a choisi de concentrer ses activités en une seule fin de semaine.

Tout récemment, la Polyvalente Hyacinthe-Delorme s’est greffée au tournoi en tant que partenaire et le Challenge Colédo-Patriotes a été renommé le Challenge futsal scolaire de Saint-Hyacinthe.

Signe de sa croissance continue, le tournoi s’est également associé pour la première fois à un commanditaire l’an dernier, soit Les pharmacies Jean Coutu. Cette collaboration a été reconduite pour une deuxième année en vue de la prochaine édition et permet à l’organisation d’avoir des physiothérapeutes sur chaque site de compétition, en plus d’offrir des collations aux bénévoles.

image