23 février 2012
Place à la parole avec Richard Séguin
Par: Le Courrier
Richard Séguin présentera le spectacle <em>De colères et d'espoir</em> le samedi 25 février au Centre des arts Juliette-Lassonde à 20 h.

Richard Séguin présentera le spectacle De colères et d'espoir le samedi 25 février au Centre des arts Juliette-Lassonde à 20 h.

Richard Séguin reprend la route avec de nouvelles chansons. Il présentera le spectacle De colères et d’espoir dans lequel il interprète les chansons tirées de son 17e album en carrière, Appalaches, au Centre des arts Juliette-Lassonde, samedi, à 20 h.

Inspiré par l’indignation des gens face à la situation politique actuelle et les petits gestes gratuits du quotidien emplis d’espoir, c’est dans cet état d’esprit que l’auteur-compositeur-interprète et poète a composé, au coeur des Cantons-de-l’Est, les mots et les paroles pour son dernier opus au son folk.

Véhiculant une vision de l’engagement avec des thèmes rassembleurs, tels l’amour, l’humanité, le rêve et le combat, Richard Séguin a construit son spectacle à l’image de son opus et donne une place importante à la parole au cours de sa prestation.« J’en avais long à dire, avance-t-il. On vit un virage comme on a rarement vu au niveau politique et cela change le rôle du Canada à l’étranger. Le discours livré par les indignés est important. C’est la raison pour laquelle j’ai opté pour une approche où l’on prend part à une parole sociale et les gens nous suivent dans cette trame que l’on propose. »Accompagné de « sa tribu », soit les musiciens Hugo Perreault, réalisateur de l’album, et Simon Godin, arrangeur musical, ainsi que du metteur en scène Jean-François Couture, Richard Séguin présentera Appalaches en entier et revisitera certains classiques de son répertoire antérieur en fonction des pièces de son nouvel album afin de construire une sonorité qui se tient jusqu’à la fin du spectacle.

40 ans de carrière

S’apprêtant à fêter ses 40 ans de métier, Richard Séguin prépare un coffret synthèse de ses 17 albums en carrière. Après toutes ces années, c’est la fidélité des gens qu’il retient davantage.

« Quand on commence dans ce métier, la première préoccupation est d’espérer que notre carrière va durer. Le métier est de plus en plus difficile et, en spectacle, c’est un véritable privilège d’avoir une scène, mais aussi d’avoir des spectateurs. C’est un échange particulier qui n’a rien à voir avec la télévision. Rien n’équivaut cela », conclut-il.

image