19 octobre 2017
entre les lignes
Place au débat du COURRIER
Par: Le Courrier

J’ai rencontré pour vous Claude Corbeil et Chantal Goulet, qui s’affrontent à la mairie de la Ville de Saint-Hyacinthe. J’avais 30 questions inédites et cachées pour eux, sorties tout droit de mon cerveau retors à ses heures. Ils ont fait face à un feu nourri.

Question de mettre quelques bûches dans le foyer d’une campagne qui s’ébranle froidement, je vous présente cette semaine en page 18 la première tranche d’un débat éditorial en trois parties sur les préoccupations municipales et citoyennes de l’heure.
Le maire Corbeil a été le premier à se prêter au jeu. Disons qu’il avait beaucoup plus d’aplomb que le Claude Corbeil d’il y a quatre ans. Pas intimidé pour deux cennes face à pareil exercice. Il a répondu avec une franchise qui l’honore, avec assurance et conviction. Il semble en plein contrôle de la situation notre maire sortant.
Je ne connaissais pas trop Chantal Goulet, la plus que négligée disons-le. Je l’avais vu aller du temps où elle dirigeait la Corporation de développement communautaire des Maskoutains et j’avais bien aimé ses interventions dans le dossier de la taxe compensatoire. Elle aussi s’est prêtée au jeu des questions et réponses sans grande nervosité. Abonnée et lectrice assidue du COURRIER, c’est du moins ce qu’elle prétend, elle connaît les grands dossiers de l’heure. Pas toujours en profondeur, mais assez pour avoir des opinions arrêtées qu’elle partage aisément. Elle m’a surpris par son aplomb, même si je doute fort qu’elle puisse nous surprendre le 5 novembre.
Mais ce n’est pas la femme d’une seule cause. Elle est capable de donner le change sur bien des dossiers et son discours parfois prévisible risque de plaire à une partie de la population.
À des questions où le maire dit noir, elle répond forcément blanc. Comme sur le controversé dossier de la tour Réseau Sélection au centre-ville. Voilà un dossier qui, comme il fallait s’y attendre, occupe beaucoup de place dans cette campagne, au point où le conseiller Alain Leclerc paraît ébranlé dans ses anciennes convictions (page 17).
Il ne serait pas le seul d’ailleurs parmi les élus sortants à branler dans le manche…

image