29 novembre 2018
Plastiques agricoles : projet pilote dans Les Maskoutains
Par: Benoît Lapierre
Christine Lajeunesse, directrice régionale d’AgriRÉCUP pour l’est du Canada. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Christine Lajeunesse, directrice régionale d’AgriRÉCUP pour l’est du Canada. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les pellicules plastiques qui sont utilisées en grande quantité sur les fermes font l’objet d’un projet pilote de récupération-valorisation dans la région maskoutaine. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les pellicules plastiques qui sont utilisées en grande quantité sur les fermes font l’objet d’un projet pilote de récupération-valorisation dans la région maskoutaine. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La récupération et le recyclage des matières plastiques utilisées en agriculture fait l’objet d’un projetpilote dans la MRC des Maskoutains en vue de la mise en place d’un nouveau programme national de valorisation. 

L’opération est orchestrée par AgriRÉCUP, un organisme canadien sans but lucratif qui est soutenu financièrement par l’industrie. Dans la cadre de ce projet, il peut compter chez nous sur plusieurs partenaires réunis à une même table : la MRC des Maskoutains, la Régie intermunicipale d’Acton et des Maskoutains, l’UPA, la Coop Comax et la Coop Sainte-Hélène.

Étant reconnue comme région agricole par excellence au Québec, la MRC des Maskoutains s’avérait un territoire tout désigné pour mener cette expérience à caractère environnemental, a indiqué Christine Lajeunesse, directrice régionale d’AgriRÉCUP pour l’est du Canada. « Notre rôle, c’est de trouver une façon efficace de détourner les plastiques agricoles de l’enfouissement à moindre coût. Nous commençons par une grosse collecte de données en allant voir comment ça se passe chez les producteurs : quelles sont les quantités de matières à récupérer et leur qualité, quelle est la logistique autour de ça », a-t-elle expliqué.

Les plastiques d’enrobage de balles de foin qui sont utilisés dans les fermes laitières et les fermes d’élevage de bovins, les bâches et sacs pour ensilage, les ficelles, les cordes et les filets sont tous visés dans le cadre de ce projet. Il est mené auprès de 32 fermes qui ont déjà été visitées par la chargée de projet, Johanne Simard. L’étude a pour but la mise en place d’un programme permanent de récupération et de valorisation des plastiques agricoles dans toutes les régions du Québec.

« Le recyclage en agriculture, c’est beaucoup d’effort parce que ça représente plusieurs étapes. Il y a le nettoyage, le séchage, le pliage, puis le transport sur plusieurs kilomètres jusqu’au site de collecte. Ça me surprend toujours de voir la bonne participation des agriculteurs et le taux de récupération qu’on obtient », a poursuivi Mme Lajeunesse, lors du point de presse au Centre de congrès dans le cadre du Colloque sur la gestion des matières résiduelles organisé par Réseau Environnement avec RECYC-QUÉBEC et Éco Entreprises Québec.

Dans Les Maskoutains, la récupération des emballages de plastique par les agriculteurs participants commencera le 8 décembre aux deux sites de collecte, celui de la Coop Comax, du 15100, chemin de la Coopérative à Saint-Hyacinthe, et celui de la Coop Sainte-Hélène, du 655, rue Principale à Sainte-Hélène-de-Bagot.

AgriRÉCUP gère d’autres programmes de collecte à travers le pays, qui concernent les petits contenants de pesticides et fertilisants, les petits sacs de pesticides et de semences, de même que les pesticides périmés et les produits périmés de santé animale. Un programme provincial visant les pellicules et ficelles naîtra maintenant du projet pilote en cours dans la région maskoutaine, projet qui sera élargi à des MRC voisines dans une seconde étape, a précisé Mme Lajeunesse.

image