17 novembre 2016
Trophée Roses des Sables
Se défier pour mieux s’accomplir à 50 ans
Par: Maxime Prévost Durand
En quête de défi, Brigitte Lacombe a complété avec brio le rallye Trophée Roses des Sables, terminant première de la classe des motos. Photo Courtoisie

En quête de défi, Brigitte Lacombe a complété avec brio le rallye Trophée Roses des Sables, terminant première de la classe des motos. Photo Courtoisie

À l’aube de ses 50 ans, Brigitte Lacombe s’est lancé un défi : compléter le rallye Trophée Roses des Sables et terminer parmi les meilleures. Sa détermination, sa persévérance et sa discipline lui ont permis d’atteindre son objectif avec brio, si bien qu’elle a remporté la classe des motos, en plus de terminer 14e au classement général parmi plus de 100 équipages.

Vétérinaire de métier, celle qui est originaire de Sainte-Madeleine n’a reculé devant rien pour se rendre jusqu’à ce résultat. Ni une fracture dans la main subie lors d’une randonnée dans le cadre de sa préparation, ni l’incendie de sa moto quelques mois avant le départ pour le Maroc ne l’ont arrêtée.

Au cours des six étapes du rallye, qui se déroulait du 11 au 22 octobre au Maroc, elle s’est inscrite dans l’histoire du Trophée Roses des Sables en devenant la première participante en moto à remporter l’épreuve des Dunes, la plus redoutable de toutes. « C’était le plus beau cadeau que je pouvais avoir, je suis très heureuse d’avoir réussi cet exploit », a-t-elle commenté dans un entretien avec LE COURRIER.

Les participantes à ce rallye tout féminin doivent compléter les différentes épreuves en parcourant la plus courte distance, peu importe le temps. Ayant fait de la voile pendant plusieurs années, le sens de l’orientation aiguisé de Brigitte Lacombe lui a permis de monter au classement. « Une fois que j’ai compris comment ça fonctionnait, j’ai terminé 1re, 3e et 4e au général aux dernières étapes. »

Son expérience lui a plu au point où elle n’écarte pas la possibilité de refaire un rallye. Elle aimerait même tenter l’expérience dans un contexte de performance, d’un niveau plus compétitif. « Je ne pense pas que ce sera mon dernier », a-t-elle conclut, le sourire dans la voix. Et dire qu’elle a commencé la moto il y a à peine deux ans! 

image