17 novembre 2016
Smart fortwo électrique 2017
Sur la route de South Beach
Par: Marc Bouchard
Photo Marc Bouchard

Photo Marc Bouchard

Quiconque a déjà mis les pieds en Floride connait South Beach. Cette mecque du design un peu vintage, des longues plages de sable blanc, d’hôtels de luxe, de voitures exotiques et de touristes ayant des allures de mannequin professionnel a aussi servi de base au lancement mondial de la toute nouvelle génération de la smart Fortwo électrique. 

Ce qui signifiait, pour South Beach, une invasion de journalistes automobiles bedonnants et de petites voitures au style unique. Mais aussi une première mondiale, celle de la toute petite smart fortwo électrique totalement redessinée.

Il faut dire qu’en fait, la smart électrique repensée est basée sur la nouvelle génération de smart. Elle en partage donc la silhouette améliorée, les phares rondelets, la silhouette un peu plus carrée que dans l’ancienne version, et un espace limité, une smart étant encore et toujours une smart.

Sous le capot, oubliez toute prétention à l’essence. Placé à l’arrière, comme il se doit, un petit moteur électrique propulse la voiture du haut de ses 81 cheveux et de ses 118 livres-pied de couple. Ce qui peut sembler bien petit, en nombre, mais qui n’est pas aussi chétif qu’on pourrait le croire. Puisqu’il s’agit d’un moteur tout électrique, le couple est disponible dès le démarrage, un peu comme lorsqu’on allume une lumière. Les accélérations sont donc relativement nerveuses, mais la vitesse maximale limitée.

Soyons cependant sérieux, qui a vraiment envie de tester la vitesse maximale d’une voiture comme une smart?

Pour alimenter le petit moteur se retrouvent au centre du châssis, sous les sièges, là où normalement se retrouve le réservoir de carburant, les quelque 96 cellules de batteries refroidies, divisées en groupe de trois. Garanties pour 8 ans ou 100 000 kilomètres, les batteries ainsi scindées peuvent plus aisément être remplacées ou réparées, si jamais le besoin s’en faisait sentir, le besoin étant évalué par Mercedes-Benz à une capacité totale de 70 %. En deçà de cette limite, la batterie fera l’objet d’un remplacement.

La recharge exige quelque 13 h uniquement en mode prise régulière de maison, et quelque 2,5 heures sur une borne de recharge rapide. Mais attention, ces données ne touchent que 80 % de la recharge, ce que, selon les ingénieurs, font la plupart des propriétaires de voitures électriques qui vident rarement leurs batteries au complet. Bien sûr, le freinage permet de récupérer une partie de l’énergie perdue, mais pas au même rythme qu’elle s’efface évidemment.

Dernier détail, pour profiter de tous les avantages de la voiture électrique, il est possible de la conditionner alors qu’elle est branchée au réseau par le biais d’une application mobile. En termes clairs, cela revient à faire un prédémarrage pour chauffer ou climatiser l’habitacle sans utiliser l’énergie de la batterie.

Sur la route

Si vous êtes déjà allés à Miami, vous connaissez sans doute le boulevard Collins, là où se retrouvent les grands hôtels et une abondance de trafic. C’est dans ce trafic qu’il a fallu se glisser au volant de notre petite smart. Et c’est dans ce contexte que nous avons pu apprécier la vivacité de l’accélération de la voiture.

Petite précision, alors que je me trouvais au volant, moi et mes dizaines de kilos en trop, se trouvait à mes côtés un collègue journaliste qui a oublié depuis plus longtemps que moi les préceptes de la taille de jeune homme. Bref, la smart trainait avec elle quelque 250 kilos de poids supplémentaires, ce qui ne l’a pas empêché de bien réagir en toutes circonstances.

Freinages appuyés, accélérations dynamiques, la smart s’est avérée plus agréable que prévu. Plus spacieuse que prévu pour ses passagers, elle s’est aussi montrée maniable à souhait. Disons simplement qu’une mauvaise indication de notre système de navigation nous a forcés à exécuter une manœuvre, disons-le, un peu douteuse, mais pour laquelle le rayon de braquage de 6,2 mètres a sauvé beaucoup de difficultés.

Puis il y a l’autonomie. Oui, les freinages permettent de recharger un peu les batteries, mais non, nous n’aurions jamais pu réaliser les 160 kilomètres annoncés. Bien sûr, notre poids combiné et notre méthode de conduite a influé directement sur les résultats, mais après notre conduite de la journée, soit un peu plus de 77 kilomètres, nous avions un peu moins de 37 % de la batterie disponible, pour une distance approximative restante de 59,1 kilomètres, un total qui nous mène loin du 160 kilomètres promis.

On ne connait pas encore le prix, mais la petite smart devrait connaitre plus de succès que jamais, notamment parce qu’avec le rabais de 8 000 $ du gouvernement du Québec, elle deviendra la moins dispendieuse des électriques sur le marché.

image