11 décembre 2014
Trop peu, trop tard?
Par: Martin Bourassa

Reste à savoir avec qui la Ville acceptera de danser pour donner suite à ses idées de grandeur. Localement, il n’y a qu’un autre joueur avec un potentiel d’alliance certain et c’est le Groupe Robin. On ne peut pas dire qu’il y ait l’embarras du choix. La rareté est aussi au rendez-vous pour dénicher un terrain propice à ces installations.

Il faudra voir aussi si le plan municipal prévoit des subventions de palier supérieur, ce qui pourrait retarder la mise en chantier d’un éventuel projet. Saint-Hyacinthe a-t-elle le luxe d’attendre après des subventions? Il est permis d’en douter. Surtout quand on regarde ce qui se passe du côté de Drummondville avec le centre de foires et le nouvel hôtel et du côté de Beloeil où le Groupe Lobato donnera bientôt le coup d’envoi d’un projet récréotouristique de 100 M$ prévoyant la construction d’un hôtel de 150 chambres et d’un centre de congrès. C’est même à se demander si l’engagement de 10 M$ de la Ville sera suffisant et s’il n’arrive pas un peu tard dans les circonstances.

Comme le dit le vieil adage, mieux vaut tard que jamais.

Espérons qu’on passera maintenant à la vitesse supérieure.

Il était temps, plus que temps même.

La Ville de Saint-Hyacinthe a profité de la présentation de son plan triennal d’immobilisations pour annoncer ses couleurs au sujet du tourisme d’affaires.

Ainsi, elle réserve et promet d’ici 2016 un montant de 10 M$ pour la réalisation d’un centre de congrès et d’un hôtel de 200 chambres sur son territoire.

Concrètement, elle vient d’admettre que la relance du tourisme d’affaires passera par elle, son implication et notre argent. C’est un coming out tardif, mais qui s’impose puisque de toute évidence rien de bon n’est à attendre de la famille Bibeau et de l’ancien Hôtel des Seigneurs avec son centre de congrès. À moins que l’appât des millions municipaux serve de levier à un dénouement aussi imprévisible qu’inattendu puisque le problème syndical demeure entier du côté de la rue Johnson.

Reste à savoir avec qui la Ville acceptera de danser pour donner suite à ses idées de grandeur. Localement, il n’y a qu’un autre joueur avec un potentiel d’alliance certain et c’est le Groupe Robin. On ne peut pas dire qu’il y ait l’embarras du choix. La rareté est aussi au rendez-vous pour dénicher un terrain propice à ces installations.

image