9 février 2012
La billetterie déménage au Géant Timothé
Un incendie détruit le terminus
Par: Le Courrier

Les services du terminus d’autobus local et régional de Saint-Hyacinthe réussissent tant bien que mal à se réorganiser après que l’édifice où ils logeaient ait été détruit par un violent incendie jeudi soir, le 2 février.

L’incendie s’est déclaré vers 17 h dans l’immeuble situé à l’angle de la rue Calixa-Lavallée et de l’avenue Duclos. En plus du dépanneur, qui assurait le service de billetterie des autobus de Saint-Hyacinthe et du Conseil interrégional de transport de la Vallée du Richelieu (CITVR), il abritait aussi quatre logements.

À l’arrivée des pompiers, l’incendie était déjà généralisé dans l’entretoit de l’édifice et un épais panache de fumée s’élevait dans le ciel. Dès lors, les sapeurs ont sonné l’alarme générale et mené une offensive de l’intérieur pour contenir le brasier. Au total, 48 pompiers de Saint-Hyacinthe ont combattu les flammes aux côtés de leurs collègues de cinq municipalités venus en entraide. Selon le Service de sécurité incendie, le feu aurait pris naissance au deuxième étage, dans la structure de l’édifice. « Il n’est pas possible de déterminer la cause avec précision, mais nous avons de bons indices pour présumer qu’il s’agit d’un incendie d’origine électrique », a expliqué le chef aux opérations Pierre Jolin. Le bâtiment est une perte totale. Les dommages sont évalués à un demi-million de dollars. Deux personnes ont été prises en charge par la Croix-Rouge. Le service de billetterie a pour sa part été déménagé rapidement quelques mètres plus loin, dans la cuisine du restaurant Géant Timothé – coin Calixa-Lavallée et Mondor – qui avait fermé ses portes une dizaine de jours plus tôt. « Ça nous a permis de nous revirer sur un dix cennes, comme on dit, a expliqué la propriétaire de ce quadrilatère, Lorraine Lemieux. On va offrir le service de billetterie et un espace pour que les passagers attendent au chaud. Nous voulons offrir l’essentiel – café, grignotines, bouteilles d’eau -, mais je ne peux pas dire pour le moment si on réaménagera un dépanneur. »Ainsi, les autobus attendent les heures de départ au terminus comme à l’habitude, mais font un arrêt devant le Géant Timothé pour accommoder les passagers.

Berceau du transport collectif

Si la propriétaire des lieux espère pouvoir compter sur la collaboration de la Ville de Saint-Haycinthe pour reconstruire son établissement, c’est qu’elle estime que le site a une grande valeur historique pour la communauté.

« C’est le berceau du transport collectif à Saint-Hyacinthe. C’est le tout premier endroit où ont été aménagés une billetterie et un terminus. C’est dommage de voir tout un pan de notre histoire s’éteindre aussi brusquement », raconte Mme Lemieux. Sa famille est propriétaire du quadrilatère depuis le début des années 1970. « Si on ne reconstruit pas, ce sera la fin de tout un héritage », a-t-elle conclu.

image