15 novembre 2018
Aide à l’intégration
Un passeport pour les arrivants
Par: Benoît Lapierre
Jubilee Laraguibel, de la Maison de la Famille des Maskoutains, Nancy Arseneault, du Centre de formation des Maskoutains (SARCA), Sophie April, de la Médiathèque maskoutaine, Rachel Chekanabo Mushamuka, étudiante au Centre de formation des Maskoutains, et Émilie Benoit, de la Maison des jeunes de Saint-Hyacinthe, ont procédé au lancement du nouveau Passeport d’intégration à la vie maskoutaine.   Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Jubilee Laraguibel, de la Maison de la Famille des Maskoutains, Nancy Arseneault, du Centre de formation des Maskoutains (SARCA), Sophie April, de la Médiathèque maskoutaine, Rachel Chekanabo Mushamuka, étudiante au Centre de formation des Maskoutains, et Émilie Benoit, de la Maison des jeunes de Saint-Hyacinthe, ont procédé au lancement du nouveau Passeport d’intégration à la vie maskoutaine. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Un Passeport d’intégration à la vie maskoutaine sera dorénavant remis aux arrivants de l’étranger pour les aider à se diriger à travers la multitude de services qui leur sont proposés à Saint-Hyacinthe et auxquels ils peuvent recourir selon leurs besoins.

Ce nouvel outil mis à la disposition des immigrants est une création du Comité interculturel jeunesse (CIJ) de la Table de Concertation Jeunesse Maskoutaine (TCJM). Son lancement a eu lieu le 5 novembre à la Médiathèque maskoutaine dans la cadre de la Semaine québécoise des rencontres interculturelles. « Ce partenariat témoigne de l’engagement des organismes, particulièrement la Médiathèque maskoutaine, à contribuer, chacun à leur façon, à l’accueil de ces personnes venues d’ailleurs qui enrichissent notre communauté maskoutaine », a souligné le CIJ.

Le passeport identifie un certain nombre de ressources – notamment la Maison de la Famille, le CISSS Montérégie-Est, la Commission scolaire, Espace Carrières, le Cégep et le Service d’accueil, de référence, de conseil et d’accompagnement (SARCA) – et ses détenteurs sont invités à y inscrire les services qu’ils ont obtenus à chaque endroit.

« C’est vraiment un outil “terrain”. Les gens ne font pas toujours la différence entre les divers organismes et ce qu’ils peuvent trouver à chaque endroit. Le Passeport a été conçu pour leur faciliter les choses », a expliqué Marcel Gélinas, organisateur communautaire du CISSS Montérégie-Est.

La TCJM est un regroupement composé de plus de 20 partenaires communautaires et institutionnels qui se sont donné pour mission de favoriser les consultations et les échanges entre eux et de contribuer ainsi au développement optimal des jeunes de 6 à 24 ans. De son côté, le CIJ est un comité intersectoriel qui existe depuis deux ans et qui regroupe des intervenants impliqués auprès des jeunes et des familles issues de l’immigration. 

image