26 janvier 2012
Bilan immobilier 2011 de la SCHL
Un ralentissement prévisible
Par: Martin Bourassa

Selon les derniers résultats publiés par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), le nombre de mises en chantier d’habitations a augmenté dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Sherbrooke, dont fait partie le territoire de Saint-Hyacinthe, au quatrième trimestre de 2011.

Au total, les fondations de 378 habitations ont été coulées durant cette période, comparativement à 273 entre octobre et décembre 2010.

Cette hausse est attribuable tant au segment des maisons individuelles, où la construction de 141 unités a été entamée au quatrième trimestre de 2011 (+25 %), qu’à celui des logements collectifs, où 237 mises en chantier (+48 %) ont été relevées. Au total, les constructeurs ont commencé 1 575 habitations dans la RMR de Sherbrooke en 2011, ce qui représente une baisse de 5 % par rapport au résultat obtenu en 2010.« Cette baisse n’est pas surprenante, lorsqu’on sait que la RMR a connu en 2010 la deuxième performance annuelle en importance en plus de 20 ans, causée par l’effet de devancement des achats. En 2011, cet effet s’est estompé », explique Lydia Yakonowsky, analyste de marché à la SCHL. Un examen approfondi des données révèle cependant que la diminution de la construction résidentielle en 2011 n’était pas généralisée dans la RMR. Alors que le cumul annuel des mises en chantier de maisons individuelles a accusé un recul de 2 % d’une année à l’autre (557 en 2011, 570 en 2010) et que le segment des jumelés a subi un repli de 9 % (208 en 2011, 228 en 2010), c’est tout le contraire dans le cas des maisons en rangée, catégorie où le nombre de mises en chantier a bondi de 85 % pour s’établir à 161, un résultat annuel inégalé pour le territoire sherbrookois. Les mises en chantier d’appartements ont quant à elles diminué par rapport à 2010 (649 en 2011, 771 en 2010). Cette baisse dissimule toutefois des dynamiques opposées. Alors que les mises en chantier d’appartements locatifs ont augmenté, passant de 467 à 504, celles d’appartements en copropriété et d’appartements pour propriétaire-occupant ont régressé, de 31 % et 34 % respectivement. En 2011, le rythme de la construction résidentielle a également ralenti dans les agglomérations de recensement (AR) de Drummondville (-25 %), de Granby (-30 %), et de Saint-Hyacinthe (-35 %). Dans l’ensemble des centres urbains du Québec comptant 10 000 habitants et plus, 41 836 mises en chantier ont été dénombrées en 2011; c’est 4 % de moins qu’en 2010. Parmi les RMR du Québec, deux ont terminé l’année 2011 par une hausse d’une année sur l’autre, soit Saguenay (10 %) et Montréal (3 %). Les RMR de Sherbrooke (-5 %), Gatineau (-10 %), Québec (-18 %) et Trois-Rivières (-34 %) ont quant à elles enregistré une baisse. Mises en chantier d’habitations (Données provisoires) Cumul annuel De janvier à décembre 2010 2011 Var (%) RMR – SherbrookeMaisons individuelles 570 557 -2 Logements collectifs* 1 086 1 018 -6 Tous les logements 1 656 1 575 -5 AR – Drummondville Maisons individuelles 417 345 -17 Logements collectifs* 318 208 -35 Tous les logements 735 553 -25 AR – Granby Maisons individuelles 279 218 -22 Logements collectifs* 620 414 -33 Tous les logements 899 632 -30 AR – Saint-Hyacinthe Maisons individuelles 73 76 4 Logements collectifs* 286 157 -45 Tous les logements 359 233 -35 * Maisons jumelées ou en rangée et appartements Source : SCHL

image