17 janvier 2019
Carte blanche
Un titre enviable?
Par: Pierre Bornais

Selon une étude récente, les Québécois détiendraient le titre peu enviable d’individus les plus taxés au monde; d’où leur relative pauvreté en Amérique du Nord.

Ce constat peut sembler exagéré et il faudrait le détailler plus amplement afin de lui donner sa véritable portée, car plusieurs éléments d’analyse viennent en limiter la portée.

Par exemple, il serait important de placer dans l’autre plateau de la balance les biens et services qui sont offerts à chaque individu de la société ou à la collectivité.

Peut-on y retrouver un équilibre? Les avis sont partagés d’autant plus que les exemples de gaspillage ne manquent pas.

Mais là où l’unanimité peut se faire rapidement, c’est que le fardeau fiscal qui n’a cessé de croître au cours des dernières années a atteint un point de rupture. Et il n’y a pas que l’impôt sur le revenu qui entre en ligne de compte.

La panoplie de taxes auxquelles tout le monde est soumis – à tous les niveaux – fait en sorte que tout le monde est touché, et ce, à tous les moments de la vie.

Et c’est le fameux pouvoir d’achat – dont il est de plus en plus question dans plusieurs communautés – qui est mis en cause.

Le nouveau gouvernement en place à Québec depuis quelques mois semble porter une attention particulière à cet aspect de la vie de chaque citoyen.

Il reste à voir comment se traduira au quotidien cette volonté de « remettre de l’argent dans les poches des citoyens », mais déjà la régularisation de la taxe scolaire est un premier pas.

Mais il faudra aussi que chacun comprenne qu’aucune administration publique ne peut être un bar ouvert qui peut répondre à tous les problèmes de la société.

image