4 décembre 2014
Une compression de 380 000 $ pour le Cégep de Saint-Hyacinthe
Par: Jennifer Blanchette

Le Cégep de Saint-Hyacinthe devra retrancher 380 000 $ de son budget 2014-2015 en raison d’une nouvelle vague de compressions imposée par Québec.

Le directeur général du Cégep, Roger Sylvestre, déplore qu’en plus d’être récurrente, cette nouvelle coupe ait été annoncée par le gouvernement après l’adoption du budget annuel de son établissement.

« Il ne reste que six ou sept mois à l’année financière donc cette compression aura un impact important sur les mois à venir. Il est toutefois un peu trop tôt pour savoir de quelle façon nous allons la récupérer. Nous sommes en train d’analyser le budget », indique M. Sylvestre.

Plus tôt cet été, les cégeps avaient déjà subi une première vague de compressions, laquelle s’était traduite par une baisse de régime récurrente de 425 000 $ à Saint-Hyacinthe, sur un budget total de 53 M$.

« Nous avons dû adopter un budgetdéficitaire de 200 000 $ en septembre, ce qui fait en sorte qu’une récupération des sommes devra être effectuée à l’intérieur de notre budget. À ce moment, nous avions tenu compte de la compression annoncée cet été, mais pas de la plus récente », souligne le directeur général.

L’exercice de réduction budgétaire risque d’être ardu puisque bon nombre des dépenses collégiales sont incompressibles telles que les salaires et les frais fixes de fonctionnement du Cégep, rappelle Roger Sylvestre. « Quand on regarde l’ordre de grandeur de la compression, on s’aperçoit qu’on ne peut pas l’appliquer sur le budget total du Cégep, mais plutôt sur une toute petite partie. La portion compressible est limitée et l’on peut penser que cela finira par avoir un impact direct sur les services aux élèves. »

Il donne en exemple des restrictions sur le matériel de laboratoire.

Étant un cégep en augmentation de clientèle, M. Sylvestre reconnaît que son financement est à la hausse, ce qui n’est pas le cas de tous les établissements collégiaux du Québec. Il soutient néanmoins que les coupes du gouvernement l’empêchent d’augmenter les ressources dédiées aux élèves et d’embaucher davantage de personnel.

Pour l’ensemble du Québec, la compression budgétaire s’élève à 19 M$.

image