31 janvier 2019
De retour à l’action pour la première fois en sept mois
Une victoire et quelques points de suture pour Raphaël Courchesne
Par: Maxime Prévost Durand

Même avec une vision réduite, gracieuseté d’une coupure subie à l’œil gauche à la suite d’un coup de tête accidentel au 2e round, Raphaël Courchesne est sorti gagnant de son 5e combat chez les professionnels, samedi, au Casino de Montréal. Photo Vincent Éthier - Eye of the Tiger

Le boxeur Raphaël Courchesne (4-0) a réussi son retour dans le ring après sept mois d’absence, samedi, dans le cadre du gala présenté par Eye of the Tiger au Casino de Montréal. Non sans en conserver quelques marques, le Maskoutain a triomphé par décision unanime face au coriace Mexicain Alejandro Chavez Meneses (9-3), lui permettant de conserver une fiche immaculée de cinq victoires.

L’œil gauche enflé et en sang, c’est ainsi que Courchesne a dû se battre pour la majorité du combat. Dès le 2e round, un choc tête contre tête accidentel a coupé le protégé du Club de boxe de Saint-Hyacinthe au sourcil, l’incommodant pour la suite du duel. Néanmoins, l’athlète de 19 ans a réussi à s’imposer et à convaincre les juges qu’il a été le meilleur des deux boxeurs.

Le Maskoutain a dirigé de nombreuses bombes à l’endroit de son adversaire, mais celui-ci n’a jamais bronché, si bien que le combat s’est rendu jusqu’à la limite des six rounds prévus. « Il avait vraiment un bon menton, il encaissait tous mes coups, même si je le touchais solidement », a commenté Courchesne, dans un entretien téléphonique avec LE COURRIER.

Le pugiliste a entamé le duel en force avec plusieurs combinaisons de coups, mais une chute après avoir glissé dans les dernières secondes du 1er round lui a valu un compte de l’arbitre. Cela donnait l’avantage au Mexicain au pointage. La coupure à l’œil est ensuite venue réduire considérablement sa vision dès les premiers instants du 2e round et il n’en fallait pas plus pour le sortir de son plan de match.

« Ça ne s’est pas vraiment passé comme je pensais, avoue-t-il, malgré la victoire. Je n’ai jamais vraiment été dans ma zone. Après la coupure, je voyais juste d’un œil et je me suis mis à swinguer des bombes pour essayer de le knocker. C’était une situation que je n’avais jamais vécue encore et je suis parti en peur. »

Chavez Meneses a profité de la situation pour placer à son tour quelques bons coups, dont un solide uppercut qu’a encaissé le natif de Saint-Hyacinthe. Néanmoins, Courchesne a continué à toucher la cible, ce qui lui a permis de remporter tous les autres rounds. Il a d’ailleurs terminé le combat avec aplomb, se ressaisissant pour le 6e round avec des combinaisons de coups afin d’envoyer son adversaire dans les câbles.

« C’était la première fois que je faisais un combat de six rounds. Deux rounds de plus, ça paraît quand même et ça a amené une petite nervosité de plus, reconnaît-il. Mais j’étais dans la meilleure forme physique de ma vie, alors je n’avais pas vraiment d’inquiétudes. »

Tenu à l’écart du ring depuis l’automne, alors qu’il avait subi une blessure dans un accident de voiture, Raphaël Courchesne avait très hâte de remonter dans le ring. « Je ne pensais qu’à ça, lance-t-il avec enthousiasme. Je devais me battre en octobre, mais avec la blessure, je n’avais pas pu. Une nouvelle date avait été fixée en décembre, mais ça avait été repoussé parce que je n’étais pas complètement remis encore. »

Sa blessure a d’ailleurs retardé l’ajout de séances de sparring dans sa préparation, si bien qu’il n’a pu en faire qu’un mois avant le combat. « Ça a peut-être paru. J’étais un peu moins efficace en défensive et j’ai reçu plus de coups qu’à l’habitude », a-t-il analysé.

Les coupures subies samedi lui ont valu quelques points de suture au sourcil, à l’œil et à la bouche. Vu son état, il faudra sans doute attendre au début du printemps pour le revoir en action.

image