28 juillet 2016
Biométhanisation
14,6 M$ additionnels à Filtrum Construction
Par: Benoit Lapierre
14,6 M$ additionnels à Filtrum Construction

14,6 M$ additionnels à Filtrum Construction

Avec ses deux contrats obtenus de la Ville de Saint-Hyacinthe, Filtrum Construction a raflé près de la moitié du budget de 85 M$ alloué au projet de biométhanisation. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Avec ses deux contrats obtenus de la Ville de Saint-Hyacinthe, Filtrum Construction a raflé près de la moitié du budget de 85 M$ alloué au projet de biométhanisation. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Une entreprise de Québec, Filtrum Construction, vient de décrocher un autre important contrat de la Ville de Saint-Hyacinthe dans le cadre de la phase II du projet de biométhanisation des matières organiques.

Publicité
Activer le son

Ayant obtenu un premier contrat de 26,2 M$ en août 2015 pour des ajouts d’équipements qui sont en cours à la station d’épuration, Filtrum, qui possède un bureau à Longueuil, est aussi la firme retenue pour fournir et installer des équipements de purification de biogaz résultant de la biométhanisation.

Lundi après-midi, en séance extraordinaire, le conseil municipal lui a octroyé un nouveau contrat de 14 653 678 $ pour la réalisation de cette importante étape du projet. C’est celle devant permettre à la Ville d’écouler son biogaz purifié – du biométhane ayant les mêmes propriétés que le gaz naturel – dans le réseau de distribution de Gaz Métro.

40,8 M$

En l’espace d’un an, Filtrum aura donc obtenu pas moins de 40,8 M$ en contrats de la Ville dans le cadre du projet de biométhanisation, phase II. Cette fois-ci, avec son prix de 14,6 M$, Filtrum a devancé Nordmec Construction, de Mont-Tremblant (15 070 097 $), Construction Deric, de Québec (15 966 578 $), et HMI Construction, de Boucherville (20 523 037 $).

Le premier contrat octroyé à Filtrum comprenait, en plus de divers travaux de construction, d’agrandissement et de terrassement, l’installation de cinq digesteurs anaérobie de 2000 m3 chacun, de deux chaudières fonctionnant au biogaz et au gaz naturel, de trois réservoirs de pasteurisation de 50 m3 chacun, de trois réservoirs de réception des matières organiques liquides de 200 m3 chacun, d’un réservoir de réception de lactosérum de 3560 m3, de deux échangeurs de chaleur pour chauffer et refroidir le digestat, ainsi que de toutes les pompes, vannes et sondes requises.

Dans le cadre du second contrat, Filtrum doit donc équiper la station d’épuration d’un système complet de purification du biogaz. Plus tard, la société Gaz Métro branchera ces installations à son réseau à l’aide d’une conduite de raccordement et d’un poste de réception, des équipements qu’elle réalisera elle-même au coût estimé de 2 044 960 $, selon les informations communiquées à la Régie de l’énergie dans le cadre d’un projet que l’organisme gouvernemental a approuvé en juillet 2015.

Gaz Métro

Le système que Filtrum mettra en place au coût de 14,6 M$ correspond au volet A d’un premier projet que Gaz Métro avait soumis à la Régie en septembre 2012. Selon ce projet, rejeté par la Régie en mars 2013, c’est Gaz Métro qui devait créer ce système de traitement au coût de 9 779 682 $ (coût net de 3 798 225 $ après déduction des subventions).

La Régie avait conclu qu’il s’agissait d’une activité de production qui écartait trop Gaz Métro du mandat de distributeur exclusif que lui confère la loi.

Le prix soumis par Filtrum s’avère donc de 4,8 M$ plus élevé que l’estimation de Gaz Métro d’il y a quatre ans. « On ne s’est pas préoccupé beaucoup de cet élément-là. Nous avions estimé le coût de ce volet à 15 M$ : nous sommes donc à l’intérieur des prévisions », a répondu mardi le directeur général de la Ville de Saint-Hyacinthe, Louis Bilodeau, lors d’un point de presse.

Il a précisé que le nouveau contrat octroyé à Filtrum portait à 71,7 M$ les sommes engagées à ce jour dans le projet de biométhanisation, dont le budget global a grimpé à 85,2 M$. Les contributions gouvernementales promises s’élèvent maintenant à 53,5 M$, ce qui laissera à la Ville une facture de 31,7 M$ si tout le budget est dépensé.

Après la phase I de 2009 (traitement des boues d’épuration) qui a coûté 10 M$, la Ville s’est engagée dans une phase II qu’elle scinde maintenant en deux parties. La phase 2a (2012-2014) concernait la conversion de véhicules municipaux au gaz naturel et l’aménagement d’une station de ravitaillement, de même que la construction du centre de valorisation des matières organiques (CVMO) dans le parc industriel Théo-Phénix, le tout comportant des dépenses de 12,5 M$. La phase 2b est dotée d’une enveloppe de 50 M$ qui couvre, entre autres, les contrats Filtrum. M. Bilodeau a annoncé d’autres dépenses à venir pour un montant total de 9,7 M$, ce qui laissera tout de même à la Ville une marge de manoeuvre de quelques millions.

image