2 juin 2011
159_6_700ru3vc-rumeurs
Par: Martin Bourassa

Mise à jour au sujet de l’ex-députée Ève-Mary Thaï Thi Lac. Côté professionnel, elle n’aura pas à piger tout de suite dans sa prime de transition pour payer ses comptes. Elle a déniché un nouvel emploi du côté de Matane. Elle est désormais adjointe parlementaire et responsable des communications pour Jean-François Fortin, nouveau député bloquiste de Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia. Elle qui cherchait un emploi qui bouge, elle sera servie à souhait, car son patron aura un bureau de comté itinérant.

Publicité
Activer le son

Mise à jour au sujet de l’ex-députée Ève-Mary Thaï Thi Lac. Côté professionnel, elle n’aura pas à piger tout de suite dans sa prime de transition pour payer ses comptes. Elle a déniché un nouvel emploi du côté de Matane. Elle est désormais adjointe parlementaire et responsable des communications pour Jean-François Fortin, nouveau député bloquiste de Haute-Gaspésie-La Mitis-Matane-Matapédia. Elle qui cherchait un emploi qui bouge, elle sera servie à souhait, car son patron aura un bureau de comté itinérant.

Sur le plan personnel, elle prépare actuellement son voyage de noces en compagnie de l’ex-député de Rimouski-Neigette-Témiscouata-les Basques, Claude Guimond. Ils s’envoleront à destination de Paris. L’ex-députée a aussi découvert les joies du jardinage en se servant d’une tondeuse pour la première fois de sa vie. L’expérience ne lui aurait pas donné envie de récidiver.

La nouvelle députée de Saint-Hyacinthe-Bagot, Marie-Claude Morin, était de passage dans les locaux du Courrier lundi. Elle a dit attendre avec impatience sa première caricature officielle. « Vous ne pourrez pas me dessiner de longs ongles, je les porte courts », a lancé en riant la députée du NPD. Disons qu’elle est moins flamboyante que sa prédécesseure.

Le magazine Bravo, qui fait l’autopromotion de la Ville de Saint-Hyacinthe et des organismes publics de Saint-Hyacinthe, a perdu un premier partenaire majeur. La Commission scolaire de Saint-Hyacinthe n’a pas renouvelé son association au terme de la première année. Elle économisera ainsi la somme de 8 000 $ de fonds publics. Vu les besoins criants en éducation, elle n’aura pas à chercher bien loin un besoin qui réponde davantage à sa mission et aux besoins du milieu.

image