12 juillet 2012
160_13_700ru2bc-rumeurs
Par: Martin Bourassa

La Fondation du diocèse de Saint-Hyacinthe s’est dotée d’un nouveau panneau indicateur pour sa campagne de financement annuelle. Il est placé face aux bureaux de l’Évêché, au 1900 rue Girouard Ouest. En date du 9 juillet, il indique 150 000 $, soit la moitié de l’objectif visé de 300 000 $.

La Fondation du diocèse de Saint-Hyacinthe s’est dotée d’un nouveau panneau indicateur pour sa campagne de financement annuelle. Il est placé face aux bureaux de l’Évêché, au 1900 rue Girouard Ouest. En date du 9 juillet, il indique 150 000 $, soit la moitié de l’objectif visé de 300 000 $.

Tout l’été, le Maskoutain Philippe Marchessault agit à titre de valet urbain au centre-ville de Saint-Hyacinthe. Son mandat est d’en faire un endroit propre et accueillant. Il peut aussi renseigner et orienter les gens au besoin. Il étudie en technique professionnelle de musique au Cégep de Drummondville.

La filière maskoutaine est bien garnie dans l’entourage de l’organisation du Canadien de Montréal. Outre Clément Jodoin parmi les adjoints de l’entraîneur-chef Michel Therrien et le préparateur physique Pierre Allard, on retrouve le Maskoutain Vincent Riendeau à titre d’entraîneur des gardiens chez les Bulldogs de Hamilton, le club-école du CH dans la Ligue américaine de hockey.

L’artiste-peintre maskoutaine Francine DeBlois expose présentement deux de ses tableaux au Musée de la Marine de Constanta, en Roumanie, pour une partie du mois de juillet. De l’art d’ici qui voyage!

Un lieu historique du centre-ville est sur le point de renaître. Le bar Le Grand Tronc verra de nouveau son nom briller devant l’édifice centenaire situé à l’intersection des rues Sicotte et Laframboise. On doit ce retour à l’ancienne serveuse de l’établissement, Micheline « Mimi » Gosselin, qui a acheté ce qui était devenu le Tchou Tchou Bar entre-temps. La taverne Le Grand Tronc serait née vers la fin des années 1800.

image