23 mai 2013
161_6_700ru2uc-rumeurs
Par: Martin Bourassa

Publicité
Activer le son

Petit retour sur l’assemblée générale du CLD. Le directeur général Mario De Tilly a eu ce petit lapsus savoureux et sans doute volontaire en évoquant les travaux de la Commission Chartier au lieu de la Commission Charbonneau, en faisant allusion aux récentes révélations du COURRIER sur les problèmes de reddition de comptes et de gouvernance du CLD et de la Cité. L’éditeur du COURRIER sera sans aucun doute flatté de cette comparaison avec un exercice public, et mené par la juge France Charbonneau, qui a pour mandat d’assainir les pratiques politiques au Québec.

Sur un ton désinvolte, M. De Tilly a fait sourire l’auditoire en mentionnant qu’il amènerait désormais ses invités de marque au restaurant Valentine plutôt qu’à L’Escabèche.

Le président du CLD, le maire Claude Bernier, essaie de mettre le couvercle sur la marmite en affirmant qu’un rapport commandé à l’Institut sur la gouvernance d’organisations privées et publiques viendra confirmer qu’il n’y a aucun problème de gouvernance au CLD. Est-ce que ce rapport sortira avant les élections de novembre?

Le maire et le directeur général du CLD seront heureux d’apprendre que c’est le directeur général de l’Institut, Michel Nadeau en personne qui a référé et introduit LE COURRIER à l’expert en éthique et en gouvernance, Donald Riendeau pour réagir à notre enquête sur le CLD et la Cité. Comme il avait déjà en main le mandat du CLD, M. Nadeau se trouvait mal placé pour y réagir. Il en a toutefois pris connaissance et la commentera en temps et lieu.

image