15 octobre 2020
Forum
17 octobre : Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté
Par: Le Courrier

Personne ne devrait vivre dans le manque et être dépourvu de ressources quand les difficultés ou la maladie frappent à la porte. Pourtant, la pauvreté est présente partout dans le monde, et le Canada n’est pas exclu. Selon l’Organisation des Nations Unies (ONU), le Canada comporte plus de 4,8 millions de personnes vivant avec de faibles revenus, et 1,2 million d’entre elles vivent au Québec, dont la moitié dans la grande région de Montréal.

Publicité
Activer le son

Même si la pauvreté est répandue partout dans le monde, il existe de nombreux pays où elle est généralisée. Parmi les pays ayant le plus faible produit intérieur brut par habitant (PIB), on retrouve notamment de nombreux pays de l’Afrique, d’Asie du Sud, d’Asie centrale et du Moyen-Orient ainsi que Haïti.

La pauvreté, qu’est-ce que ça implique?

On connaît tous la définition de la pauvreté… mais sait-on ce que cela signifie concrètement pour une personne qui vit cette réalité au quotidien? En gros, vivre dans une situation de pauvreté équivaut à avoir de la difficulté à satisfaire ses besoins essentiels, dont le logement, la nourriture et les vêtements. C’est vivre de manière précaire d’un jour à l’autre avec un budget ne permettant aucune dépense imprévue. Un mode de vie susceptible de générer de l’anxiété et de l’isolement.

Au Québec, les personnes touchées par la pauvreté incluent :

– Les enfants de moins de 6 ans
– Les familles monoparentales
– Les personnes seules
– Les immigrants récents
– Les membres des groupes de minorités visibles
– Les personnes qui vivent avec un handicap ou une déficience intellectuelle

Malheureusement, de tous les groupes d’âges répertoriés au Canada (et aux États-Unis), c’est celui des enfants qui est le plus affecté par la pauvreté. Les impacts sur leur santé et leur développement en sont les plus lourds de conséquences.

Pas tous égaux face aux difficultés

Il y a déjà plusieurs décennies que les écrits scientifiques font état des conséquences des inégalités sociales sur la santé des individus. Des conséquences qui se traduisent par des maladies physiques, des maladies mentales, des incapacités précoces et des morts prématurées.

Quelle est la réalité des gens qui vivent dans la pauvreté? :

– Conditions de travail dangereuses
– Logements insalubres
– Carences nutritionnelles
– Accès inégal à la justice
– Absence de participation politique
– Accès restreint à des soins de santé

Améliorer les conditions de vie des personnes qui vivent avec une incapacité

Au Québec, une personne sur dix vit avec une incapacité (physique ou intellectuelle). Malheureusement, les personnes vivant avec un handicap ou une déficience intellectuelle sont encore trop souvent marginalisées et font partie des personnes les plus touchées par la pauvreté. Pour favoriser le développement des personnes qui vivent avec un handicap, il serait prioritaire de s’assurer que des services complets leur soient offerts tant au niveau de la santé que sur le plan socioprofessionnel.

En ce qui concerne les personnes vivant avec une déficience intellectuelle, c’est la société dans son ensemble qui bénéficierait d’une plus grande participation de celles-ci dans les milieux de travail. Une situation gagnant-gagnant où les personnes ayant une déficience intellectuelle peuvent développer leur autonomie tout en gagnant de l’argent, et où le milieu de travail devient un lieu d’inclusion, d’ouverture et de partage.

La solidarité, une arme contre la pauvreté

Parrainage civique a pour mission de favoriser le développement et la participation sociale des personnes vivant avec une déficience intellectuelle, un trouble du spectre de l’autisme ou un handicap physique. Pour éliminer la pauvreté, ouvrons la porte à une société plus juste et plus inclusive; car c’est tous ensemble que l’on s’enrichit.

Mélanie V. Perron, Parrainage civique des MRC d’Acton et des Maskoutains

image