18 juillet 2019
24 000 $ pour le nouveau volet cyberdépendance de la Maison l’Alcôve
Par: Le Courrier

À gauche, la directrice générale p.i. de Centraide Richelieu-Yamaska, Bernadette Caron, remet la somme de 24 000 $ à la directrice générale de la Maison l’Alcôve, Manon Desrosiers, pour soutenir le programme de cyberdépendance offert par l’organisme. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Centraide Richelieu-Yamaska (R-Y) a remis la somme de 24 000 $ à la Maison l’Alcôve pour son nouveau volet qui traite la cyberdépendance. Un problème qui inquiète les intervenants en dépendances et qui ne cesse de s’accroître.

publicité

« C’est avec beaucoup de gratitude que nous recevons le montant supplémentaire que nous octroie Centraide R-Y et qui assure la continuation de notre service en cyberdépendance pour l’année 2019-2020. Au nom des enfants, adolescents, leurs parents et des adultes utilisateurs de ce service, nous leur adressons notre reconnaissance », a mentionné Manon Desrosiers, directrice générale à la Maison l’Alcôve.

L’organisme a déjà reçu un soutien de 29 309 $ de Centraide R-Y pour assurer la poursuite de sa mission. Ce montant vient donc s’ajouter au montant déjà versé et servira exclusivement au programme sur la cyberdépendance.

« Je suis témoin d’une grande souffrance chez les jeunes et les adultes que je rencontre. Les conséquences sur la qualité de vie des gens sont inimaginables et nous devons prendre les choses en mains. Le programme que nous offrons est une excellente avenue pour démarrer une démarche et s’en sortir, a affirmé Nathalie Lacasse, intervenante du volet cyberdépendance de la Maison l’Alcôve. Nous pouvons traiter les cohortes de jeunes de 8 à 12 ans, de 13 à 17 ans et les adultes de tout âge aux prises avec ce problème. » Ce programme comprend également un volet de soutien aux parents et à l’entourage. Pour plus d’information ou pour donner, visitez le www.centraidery.org.

image