5 mars 2020
Complexe de 10 M$ à Saint-Dominique
340 800 $ de Québec pour la bibliothèque
Par: Benoit Lapierre

Claude L’Heureux, directeur adjoint des Ressources matérielles de la Commission scolaire, Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications, Robert Houle, maire de Saint-Dominique, et Chantal Soucy, députée de Saint-Hyacinthe, lors du point de presse de la ministre à l’école de la Rocade. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Partenaires dans la réalisation d’un complexe culturel et sportif qui sera relié à l’école de la Rocade, la Municipalité de Saint-Dominique et la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe bénéficieront d’une aide monétaire gouvernementale de 340 800 $ pour le volet « bibliothèque » d’un projet dont le coût global atteindra les 10 M$.

Publicité
Activer le son

La ministre de la Culture et des Communications du Québec, Nathalie Roy, a annoncé de vive voix le versement de cette contribution lors d’un arrêt à l’école de la Rocade le 27 février en compagnie de la députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy. Pour la bibliothèque seulement, les coûts de réalisation s’élèveront à 3 189 671 $, dont 1 648 871 $ à la charge de la Municipalité et 1 200 000 $ à celle de la Commission scolaire, a précisé la ministre Roy.

« La nouvelle bibliothèque sera cinq fois plus vaste que l’actuelle, elle sera digne des installations du 21e siècle avec son coin café, son accessibilité universelle. C’est un lieu qui contribuera à l’épanouissement de la culture. Les gens de Saint-Dominique seront fiers de leur bibliothèque; elle deviendra rapidement le cœur culturel du village », a déclaré Nathalie Roy en conférence de presse.

Chantal Soucy s’est dite très heureuse, quant à elle, d’accueillir sa collègue pour une autre annonce à Saint-Dominique. « C’est une excellente nouvelle pour les élèves de l’école de la Rocade, eux qui n’avaient plus de bibliothèque depuis plusieurs années. La nouvelle bibliothèque sera conviviale et spacieuse, adaptée aux besoins de toute sa clientèle. Ça bouge à Saint-Dominique! En 2018, je faisais l’annonce de l’agrandissement de l’école, en 2019, celle de l’ajout de deux classes de maternelle et, aujourd’hui, c’est celle de huit places supplémentaires au CPE Doux Réveil », a souligné la députée Soucy.

10 M$

Le projet de construction du complexe est sur les rails depuis plus de trois ans. Il entrera dans sa phase de réalisation ce printemps, en prévision d’une livraison du nouveau bâtiment pour la rentrée scolaire de 2021. La Municipalité a déjà dégagé l’espace nécessaire devant l’école en procédant à quatre acquisitions de gré à gré le long de la rue Principale, soit un terrain vacant et trois maisons qui ont été démolies. Le nouveau centre multifonctionnel sera érigé sur l’emplacement de deux de celles-ci.

C’est donc un projet qui se chiffre pour l’instant à 9 858 057 $ qui sera mis en chantier ce printemps dès l’octroi du contrat à l’entrepreneur général qui sera retenu à la suite de l’appel d’offres de la Commission scolaire, maître d’œuvre du projet. L’ouverture des soumissions aura lieu le 13 mars, et il faut s’attendre à ce que les prix soumis excèdent ce montant de 9,8 M$ puisqu’il n’inclut pas le coût des réaménagements et des mises aux normes qui seront réalisés dans l’école même.

La directrice générale de la Municipalité, Christine Massé, a précisé que les trois nouvelles classes qui devaient être créées à même le vieux gymnase seront plutôt aménagées au-dessus du nouveau centre multifonctionnel. Quant au gymnase, il sera transformé en cafétéria et en locaux destinés au service de garde. Les deux maternelles quatre ans qui s’ajoutent, de même qu’une classe de débordement, seront également créées dans l’école.

Le volet « réaménagement » mis à part, la participation de la Commission scolaire dans le projet du complexe s’élève à 5 840 444 $ et celle de la Municipalité, à 4 018 613 $, somme qui inclut des dépenses initiales de 850 000 $ pour les acquisitions, les démolitions et les frais d’arpentage. « Sans l’ajout des trois classes à l’étage, on serait à 50-50 dans la participation financière », souligne Mme Massé. Comme la Municipalité a pu financer les étapes préparatoires à même son fonds général, elle croit que l’emprunt à long terme pourra être limité à 2,5 M$.

image