13 avril 2017
District Saint-Thomas-d’Aquin
38 logements sur le site d’une maison centenaire
Par: Benoît Lapierre
L’esquisse du projet de 38 logements « Sous les arbres », telle qu’elle apparaît sur le site web de Gestion Rodier.

L’esquisse du projet de 38 logements « Sous les arbres », telle qu’elle apparaît sur le site web de Gestion Rodier.

Une maison centenaire sise au 7315, boulevard Laframboise, dans le district Saint-Thomas-d’Aquin, va disparaître pour faire place à un édifice de 38 logements dont le conseil municipal vient d’approuver la construction, en même temps que diverses dérogations aux règlements d’urbanisme.

Ces dérogations sont sommairement décrites dans la résolution que les élus ont adopté le 3 avril pour donner leur aval au « projet particulier de construction, de modification ou d’occupation d’un immeuble » (PPCMOI) contenant les dérogations en question, l’une d’elles ayant trait à la hauteur de la structure.

Le bâtiment possèdera quatre étages, soit deux de plus que le maximum autorisé dans la zoneconcernée, et le pourcentage de maçonnerie sera inférieur à la norme minimale applicable aux édifices de huit logements et plus. En outre, le stationnement se trouvera en cour avant, tout comme les conteneurs à rebuts, ce qui est aussi contraire à la règlementation.

Préparé à la demande de Gestion Rodier, le promoteur dans le dossier, ce PPCMOI fait l’objet de la même procédure d’approbation référendaire que celle applicable aux changements de zonage. L’avis public publié le 6 avril dans LE COURRIER précise que les personnes concernées ont jusqu’à demain, 14 avril, pour présenter une demande d’approbation référendaire. La requête doit être signée par 12 personnes de la zone d’où elle provient, ou par la majorité d’entre elles si leur nombre n’excède pas 21.

Des arbres en moins

L’immeuble visé était la propriété de Rita Charbonneau. En septembre 2015, elle l’a cédé contre la somme 495 000 $ à la firme Garo Habitation S.E.C., constituée en mai 2015 et représentée par une compagnie à numéro ayant pour actionnaires les entreprises H. Gagnon & Fils et Développement Rodier, selon le Registraire des entreprises. 

L’emplacement, avec sa résidence et ses bâtiments accessoires, constitue la portion avant de l’ancienne terre de Mme Charbonneau et de feu André Gauvin. Selon les renseignements contenus au rôle d’évaluation de la Ville, la maison aurait été construite en 1900. Elle est entourée de nombreux arbres de bonne taille, qui seront abattus pour la plupart.« Ça, ça ne fait pas trop mon affaire, mais le promoteur sera tenu de les remplacer », a indiqué au COURRIER le conseiller Jacques Denis, en parlant d’une condition qui est rattachée au PPCMOI du 7315, Laframboise. 

En tant que représentant du district Saint-Thomas-d’Aquin, c’est lui qui a proposé l’adoption du PPCMOI en faveur de Gestion Rodier pour son projet baptisé « Sous les arbres ». Selon lui, l’édifice de quatre étages ne dénaturera pas vraiment le secteur, étant donné qu’il existe déjà quelques édifices à logements à l’entrée de Saint-Thomas-d’Aquin. « Si nous voulons que la population augmente, il faut bien densifier un peu », estime M. Denis.

Selon la Ville, il s’agit d’un projet de requalification d’immeuble, l’une des catégories de projets couvertes par le règlement sur les PPCMOI. « Le projet de requalification peut déroger à la norme maximale de hauteur ainsi qu’au nombre d’étages prévus à la grille de spécifications pour la zone en autant que des mesures de mitigations aient été prévues ou qu’une démonstration soit faite de l’intégration harmonieuse du projet dans l’environnement », peut-on lire dans le règlement. 

Cette intégration harmonieuse, dit la résolution du 3 avril, « est tributaire du maintien et de l’ajout d’arbres sur la propriété. »

image