9 juillet 2015
5 000 $ par jour pour surveiller le pont Bouchard
Par: Jennifer Blanchette | Initiative de journalisme local | Le Courrier
5 000 $ par jour pour surveiller le pont Bouchard

5 000 $ par jour pour surveiller le pont Bouchard

L’interdiction de passage des camions sur le pont Bouchard coûte 5 000 $ par jour au MTQ. Photo François Larivière | Le Courrier ©

L’interdiction de passage des camions sur le pont Bouchard coûte 5 000 $ par jour au MTQ. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) débourse 5 000 $ par jour pour s’assurer qu’aucun véhicule de cinq tonnes et plus ne franchisse le pont Bouchard. À ce jour, la facture liée à la surveillance avoisine les 385 000 $.

Publicité
Activer le son

Sur une base annuelle, dans la mesure où la situation perdurerait pendant un an, on parle d’une facture de 1 825 000 $ en frais de surveilance.

Depuis le 20 avril, le pont Bouchard, qui relie la rue des Cascades au boulevard Laurier Est (route 116), est fermé au passage des poids lourds en raison de la dégradation de son état, soit la progression d’une fissure dans une poutre.

Pour faire respecter cette restriction de charge, le MTQ a mandaté la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) afin qu’elle positionne des contrôleurs routiers aux approches de la structure, et ce, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, explique la porte-parole du ministère, Stéphanie Langelier.

La présence de trois contrôleurs durant la journée et de quatre la nuit coûte 5 000 $ par jour au MTQ, faisant grimper la facture totale à 385 000 $ depuis le mois d’avril.

En aucun cas, les camions ne peuvent traverser le pont Bouchard. Ils sont plutôt forcés de faire demi-tour par les contrôleurs routiers. Les contrevenants s’exposent à des amendes allant de 600 à 10 000 $.

Au centre-ville de Saint-Hyacinthe, la route alternative préconisée par le MTQ est celle du pont Morison, qui relie l’avenue de la Concorde Nord à la rue Saint-Pierre Ouest.

Sans danger pour les autos

Le MTQ a précisé que l’imposition d’une charge maximale de 5 tonnes sur le pont Bouchard était une mesure préventive.

« Des analyses du comportement du pont démontrent que la capacité de celui-ci diminue graduellement. Le retrait des camions sur le pont Bouchard permet de limiter la propagation des dommages à la structure. Les véhicules de cinq tonnes et moins peuvent quant à eux circuler sur le pont en toute sécurité », indique Stéphanie Langelier.

La porte-parole affirme également qu’aucune fermeture de la structure n’est envisagée pour le moment, la sécurité des automobilistes au volant d’un véhicule de cinq tonnes et moins ayant été confirmée par une inspection générale effectuée le 21 avril.

La reconstruction du pont est prévue pour 2016. D’ici là, le MTQ procède à une modélisation 3D qui permettra de savoir si divers travaux pourraient être effectués sur le pont afin d’augmenter sa capacité. Il est donc possible que le trafic lourd recommence à enjamber la rivière Yamaska à cet endroit en 2015.

Les analyses devraient être complétées dans quelques semaines.

image