25 janvier 2018
À qui le stationnement?
Par: Le Courrier

Àla séance du conseil municipal du 19 juin, le référendum prévu pour le 9 juillet afin de faire le changement de zonage du terrain où se trouvaient les trois immeubles au coin des rues Marguerite-Bourgeoys et Mondor était annulé parce que la Ville savait pertinemment qu’elle réussirait à évincer, sous forte pression, la dernière occupante des trois immeubles qui s’opposait à la démolition. Elle aurait la voie libre pour changer ce lot en stationnement passé le 1er juillet.

En octobre, on s’empresse de démolir les immeubles, pour en faire quoi? Du stationnement, évidemment, sans nous demander notre avis, nous, les citoyens, dont plusieurs avaient démontré ne pas en vouloir. Pas de changement de zonage nécessaire, la Ville n’a pas besoin de notre accord, on fait ce qu’on veut quand on est maire et DG.
Et qui se stationne à cet endroit? On démolit trois immeubles, on met à la porte 11 familles pour faire du stationnement pour les automobilistes de jour : pour les touristes, les travailleurs et les gens qui viennent magasiner. Pas pour les citoyens du centre-ville à qui la Ville considère qu’elle n’a pas de comptes à rendre. Depuis quelque temps, une épée de Damoclès pend au-dessus de la tête de tous les résidents du centre-ville : à qui le prochain tour et à quand la prochaine tour? Comment une poignée de citoyens cravateux élus peuvent-ils nier notre droit de décider nous-mêmes du sort de notre voisinage, de notre environnement, de notre paysage, de ces immeubles, de ce centre-ville qui mériterait d’être préservé au-delà de la rue touristique Des Cascades, du Marché et du parc Casimir-Dessaulles?
Il était pourtant évident que ces démolitions ne profiteraient pas du tout aux résidents du centre-ville. Les prochaines démolitions vont peut-être épargner un nombre plus important de locataires, mais le paysage acier-béton, on l’aura en pleine face!
Il est assez répugnant de voir la Ville se servir de cet espace sans en avoir le droit. Cette même Ville va, sans vergogne, aller donner des amendes à toute personne sur le territoire qui déroge du règlement de zonage… La justice a deux paliers, une pour le maire et une pour les citoyens.
Monsieur le maire, les conseillers, bien que plusieurs d’entre vous vous entêterez à transformer notre centre-ville en « Parking Town », sachez que nous n’en voulons toujours pas. Je crois sincèrement que la qualité de vie de citoyens qui vivent au centre-ville importe peu aux élus; ils n’y voient que leurs gains.

image