14 juillet 2016
le pissenlit
À une remise
Par: Le Courrier

Publicité
Activer le son

Quelques lignes au sujet du procès fait par le promoteur de la piste Sanair au chroniqueur météo Michel Morissette devant la Cour des petites créances. Étonnamment, la juge Micheline Laliberté a décidé d’étirer la controverse en ajournant les procédures au terme de quelques heures de débat quasi surréaliste, au lieu de couper court à cette comédie judiciaire. Imaginez, on ne saura pas avant un mois, au mieux, si la météo est une science exacte et s’il sera désormais possible de poursuivre un chroniqueur chaque fois que ses prévisions sont dans le champ. Après cela, il y a encore des gens qui s’étonnent que nos palais de justice soient engorgés.

image