26 mars 2020
Accident de travail le 1er octobre 2019 : les conclusions de la CNESST
Par: Olivier Dénommée

Une activation involontaire du convoyeur arrière de cette machine a coûté la vie à Charles-Antoine Bellefleur le 1er octobre dernier. Photothèque | Le Courrier ©

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a rendu publiques les conclusions de son enquête sur l’accident de travail ayant coûté la vie à Charles-Antoine Bellefleur, 23 ans, travailleur pour l’entreprise Broyage Mobile Estrie, le 1er octobre 2019, à Saint-Hyacinthe.

Publicité
Activer le son

Le jour de l’accident, M. Bellefleur se trouvait sur un terrain de la rue Picard à Saint-Hyacinthe et s’affairait à broyer des souches d’arbres avec un broyeur mobile. Vers 16 h, il a effectué une intervention sur le convoyeur arrière du broyeur et a introduit le haut de son corps entre les deux brins de la courroie du convoyeur qui n’était pas en fonction à ce moment. Pendant l’intervention, il a actionné involontairement la télécommande qui remet en marche le convoyeur, ce qui l’a alors entraîné dans le mécanisme en le coinçant mortellement. Le décès a été constaté à l’Hôpital Honoré-Mercier.

À la suite de l’accident, la CNESST a exigé de l’employeur, Broyage Mobile Estrie, qu’il sécurise de façon permanente le convoyeur arrière du broyeur. L’employeur s’est conformé à cette exigence et une procédure de contrôle des énergies a été mise en place. Dans son rapport, la CNESST dresse aussi une liste de solutions pour éviter de nouveaux accidents du même genre, incluant de s’assurer que les zones dangereuses d’une machine soient munies d’un dispositif de protection les rendant inaccessibles pendant son fonctionnement et de former adéquatement les travailleurs pour qu’ils puissent manipuler la machine de façon sécuritaire.

Le rapport complet est disponible sur le site www.centredoc.cnesst.gouv.qc.ca.

image