7 janvier 2016
Décès de Marie-Paule LaBrèque
Acton Vale perd une amie de la culture et de l’histoire
Par: Alain Bérubé
Marie-Paule Rajotte LaBrèque, qui a marqué la communauté d’Acton Vale par sa passion pour l’histoire et la culture, s’est éteinte samedi à l’âge de 95 ans.

Marie-Paule Rajotte LaBrèque, qui a marqué la communauté d’Acton Vale par sa passion pour l’histoire et la culture, s’est éteinte samedi à l’âge de 95 ans.

Historienne dans l’âme et passionnée de la culture sous toutes ses formes, ­Marie-Paule Rajotte LaBrèque a marqué la communauté d’Acton Vale. Celle qui a rendu l’âme samedi, à l’âge de 95 ans, laisse un héritage majeur pour l’ensemble de la région.

publicité

Mère de cinq fils, soit Pierre, Éric, Marc, Luc et Charles, cette femme native de Drummondville s’est installée à Acton Vale en 1942 pour rejoindre son mari, ­Roger J. LaBrèque, qui a d’abord dirigé (en compagnie de Pierre-Paul Demers) l’usine Silk Mills of Canada Limited (« La Soie ») pour occuper quelques années plus tard la mairie d’Acton Vale, en plus d’être sous-ministre de la Voirie du Québec. La ­politique aura marqué la vie de Marie-Paule Rajotte, son père Arthur ayant été député provincial de Drummond et maire de Drummondville.

« Ma mère était considérée comme une spécialiste de l’histoire des Cantons-­de-l’Est. Elle était très sollicitée afin de ­donner des conférences, en plus d’avoir été membre de nombreux organismes culturels, artistiques et historiques, dont le Conseil des Arts du Canada », ­mentionne Charles LaBrèque.

En plus d’avoir rédigé de nombreux ­articles pour des revues spécialisées – dont le Dictionnaire biographique du Canada – et des journaux régionaux, Mme LaBrèque a fait carrière en ­enseignement. En plus d’avoir oeuvré comme professeur de ­français au Collège Webster de Saint-Louis, elle a ­donné des cours d’histoire de l’art au privé pour ensuite devenir chargée de cours au Département d’histoire de l’Université Laval, à Québec.

« Marie-Paule adorait apprendre plein de choses, mais aimait encore plus partager ses connaissances », note Charles ­LaBrèque.

Impliquée au sein des conseils d’administration des Musées nationaux du Canada et de la Fédération des sociétés d’histoire du Québec, Marie-Paule ­LaBrèque a fondé la Société d’histoire des six cantons en 1977.

« C’est également ma mère qui a été­ ­l’instigatrice, en compagnie d’Huguette Desmarais et de Laurette Cadieux, de la ­Bibliothèque municipale d’Acton Vale, qui a vu le jour dans un local de l’hôtel de ville pour ensuite occuper les locaux de l’ancien bureau de poste », indique M. LaBrèque.

Ce dernier rappelle également que Marie-Paule LaBrèque a fait partie du comité de sauvegarde de la gare d’Acton Vale.

« Ce lieu est devenu un véritable joyau pour notre municipalité. En plus d’être un bâtiment historique, la gare abrite la Chambre de commerce et le bureau ­touristique », rappelle M. LaBrèque.

Charles LaBrèque affirme que sa mère était une femme charismatique et qui avait le verbe facile.

« Elle était volubile et dotée d’une belle curiosité intellectuelle. Ses nombreuses ­réalisations témoignent de sa volonté d’embellir le quotidien des gens par la culture et la conservation du patrimoine », conclut-il.

Les funérailles de Mme LaBrèque seront célébrées ce samedi 9 janvier, à 10 h 30, à l’église Saint-André d’Acton Vale.

image