4 avril 2019
Acura ILX : celle que l’on ne voit plus
Par: Marc Bouchard

Photo Acura Canada

L’Acura ILX existe, je l’ai conduite. Et elle se défend plutôt bien. En fait, après avoir passé une semaine complète à son volant, il me faut admettre que j’aurais aimé en faire un peu plus. J’ai redécouvert une voiture que l’on avait un peu oubliée…

publicité

Il faut dire qu’Acura en général, outre son utilitaire RDX, n’a pas exactement la cote auprès des consommateurs. Les ventes sont difficiles et la marque est moins présente sur le marché, cherchant désespérément à se créer une nouvelle personnalité.

Mission accomplie avec le RDX, et aussi avec la ILX, même si elle ne déborde pas autant d’attitude qu’on pourrait le souhaiter. Malgré tout, elle a du style, de la gueule et une conduite plus agréable que je m’en souvenais.

Remaniée pour 2019

Lancée d’abord en 2015, la petite voiture connaît pour 2019 une année de rafraîchissement. On lui impose notamment la nouvelle calandre de la famille, nettement mieux réussie, surtout que notre version d’essai étant la A-Spec, cette grille est d’un noir profond.

Les jantes sont aussi noires, et certains éléments aérodynamiques ont été ajoutés, créant véritablement une silhouette spectaculaire et agréable. En fait, tout au long de ma semaine d’essai, j’ai même eu droit à plusieurs commentaires sur l’allure racée du véhicule, ce qui constitue en soi une excellente nouvelle.

L’habitacle a aussi subi quelques changements, mais propose toujours un environnement stylé et bien fini. Le confort est de mise, les sièges offrant un bon support même à ceux qui, comme moi, ont entrepris un développement plus horizontal que vertical. En d’autres termes, mon tour de taille plus imposant trouvait une bonne mesure de support dans les sièges semi-cuir et semi-Alcantara.

L’assise, bien que courte aux dires de Chérie, n’en était pas moins confortable et les multiples réglages ont permis de trouver une position de conduite agréable, à défaut d’être sportive.

Car c’est un peu là que le bât blesse avec cette Acura. Alors qu’elle offre un confort sans reproche, elle se veut aussi plus agressive, plus athlétique. Son allure plus racée lui donne un peu de caractère, mais son petit moteur de 4 cylindres et de 201 chevaux ne parvient pas exactement à lui rendre justice.

Soyons honnêtes cependant : la boîte de vitesse à double embrayage est sans reproche. Elle tarde parfois à réagir en rétrogradation, mais on a l’impression que c’est davantage en matière d’économie de carburant que de diminution de capacité que la boîte a été ainsi calibrée.

La direction est correcte, la puissance, sans être excessive, se développe sans trop de difficultés. Bref, la voiture est agréable et bien équilibrée. Elle est aussi en possession d’une longue liste d’accessoires, optionnels ou de série.

Ainsi, les nouvelles Acura ILX reçoivent un toit ouvrant transparent, démarrage par bouton-poussoir, mains libres Bluetooth, sièges avant chauffants, et la suite de systèmes de sécurité Acura Watch comprend régulateur de vitesse adaptatif, freinage avec atténuation de collision, atténuation du départ de la route, surveillance de collision avant, surveillance de l’angle mort, alerte au trafic transversal arrière, assistance au maintien de la voie et caméra arrière multi-vues à vol d’oiseau.

Apple CarPlay et Android Auto sont désormais livrés de série sur toutes les versions, sauf la version de base. Bref, c’est une voiture outillée, dynamique et jolie qui s’offre désormais sous l’appellation ILX.

Quant au prix, il est, disons-le, discutable. Oui, on pourrait sans doute croire qu’en matière de véhicule de luxe, regarder une facture de 37 000 $ pour une ILX A-Spec Tech comme ma voiture d’essai n’a rien d’excessif. En fait, elle est même en dessous de ses rivales, si on la compare aux Audi A3 et autres BMW de ce monde.

Le problème, c’est que la Acura ILX a encore des preuves à faire, et que de nombreux acheteurs sont un peu refroidis par une voiture peu connue et qui n’est pas nécessairement parmi les plus populaires. Acura doit donc miser sur une féroce concurrence, concurrence qu’elle anime d’ailleurs elle-même avec la Honda Civic SI qui dispose de la même motorisation.

Performante, oui, certainement. Jolie, sans aucun doute. Fiable aussi, et moderne. Mais la Acura ILX a besoin d’un simple petit boost de confiance pour atteindre plus de conducteurs sur le marché. Et c’est là qu’un prix plus abordable de quelques milliers de dollars pourrait l’aider.

image