27 septembre 2018
Agropur fermera sa fromagerie de Saint-Damase
Par: Jean-Luc Lorry
La coopérative Agropur a annoncé la fermeture définitive de sa fromagerie de Saint-Damase, anciennement Damafro, pour le mois d’avril 2019. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

La coopérative Agropur a annoncé la fermeture définitive de sa fromagerie de Saint-Damase, anciennement Damafro, pour le mois d’avril 2019. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Dans un contexte de négociation d’une nouvelle convention collective, la direction de la coopérative Agropur a décidé de fermer sa fromagerie de Saint-Damase, anciennement Damafro. L’établissement cessera progressivement ses activités de janvier à avril 2019, date de la fermeture définitive de l’usine. 

Publicité
Activer le son

Vendredi dernier à 8 h précises, le président des opérations pour le Canada d’Agropur, Michael Aucoin, accompagné de deux vice-présidents de l’entreprise, avait convoqué les employés pour leur annoncer cette fermeture inattendue. Les 110 salariés (dont 100 travailleurs syndiqués) ont reçu de l’employeur un avis de licenciement collectif.

« La raison de cette fermeture est qu’Agropur voulait réaliser un investissement important dans l’usine, mais malheureusement, il a été impossible de conclure une entente [convention collective] avec les employés », justifie Véronique Boileau, vice-présidente aux communications d’Agropur, en entrevue au COURRIER.

« Notre offre était comparable aux conditions de travail accordées dans l’industrie et était en lien avec les ententes signées dans nos autres sites », poursuit-elle.

Propriétée de 3 290 producteurs de lait, cette coopérative agricole québécoise regroupe 39 usines réparties au Canada (29) et aux États-Unis (10). Agropur opère 11 usines au Québec.

La fromagerie de Saint-Damase produit des fromages à pâte molle, comme du brie ou du camembert, ainsi que du fromage de chèvre.

Dans un communiqué diffusé par Agropur, l’entreprise précise que les activités de fabrication de fromages à pâte molle seront intégrées à celles de l’usine de Saint-Hyacinthe, alors que les activités de conversion fromagère seront dirigées vers l’usine de Beauceville.

En plus de pouvoir postuler à un emploi disponible dans une autre usine d’Agropur, les employés touchés par ces mises à pied pourront se prémunir d’indemnités de départ et bénéficieront du programme d’aide pour les employés et leur famille.

« Comme nous sommes en pénurie de main-d’œuvre, il y a des possibilités d’emplois dans nos autres sites de production. D’autres opportunités d’emplois sont également à venir », mentionne la porte-parole de l’entreprise.

Elle n’a pas souhaité dévoiler le nombre de postes actuellement disponibles à l’usine Agropur de Saint-Hyacinthe.

Déception du fondateur

La Fromagerie Damafro a été fondée en 1984 par la famille Bonnet. D’abord, par l’acquisition de la fromagerie Clément à McMasterville, puis en 1985, par l’achat d’une usine vacante à Saint-Damase.

En prévision des changements annoncés au niveau des quotas sur les fromages étrangers, cette entreprise familiale a été vendue en novembre 2013 au géant Agropur. Lors de la transaction, les Bonnet avaient considéré Agropur comme une entreprise agroalimentaire ayant les reins suffisamment solides pour faire face à la concurrence.

« Nous avons passé 28 années à développer cette usine qui est devenue un fleuron à Saint-Damase. Je trouve cela triste et dommage qu’Agropur décide de fermer les portes de la fromagerie », mentionne Philippe Bonnet, cofondateur avec son père Claude et son frère Michel de la Fromagerie Damafro.

Un an seulement après cette transaction, Agropur avait procédé à une première restructuration. En octobre 2014, nous révélions dans nos colonnes, la mise à pied de 43 employés. L’employeur avait alors motivé cette décision par l’intégration des activités de la Fromagerie Damafro à celle d’Agropur.

« Après la vente, Agropur a progressivement supprimé nos marques qui faisaient la notoriété de Damafro. Jamais, je n’aurais pensé qu’elle fermerait un jour cette usine », mentionne Philippe Bonnet.
M. Bonnet n’est pas le seul à avoir été pris de court par l’annonce de cette fermeture.

« C’est une surprise pour moi. C’est triste d’apprendre cette fermeture dans un contexte où la direction avait procédé à des améliorations électriques de l’usine », indique Christian Martin, maire de Saint-Damase.
Au service économique de la MRC des Maskoutains, on souhaite apporter son soutien pour aider à la relocalisation des employés.

« Nous comptons faciliter la mise en contact des employés avec des entreprises situées sur le territoire qui sont à la recherche de profils similaires à ceux des travailleurs de l’usine Agropur, mentionne Charles Fillion, directeur associé au service économique de la MRC des Maskoutains. C’est une très mauvaise nouvelle pour les gens de Saint-Damase. »

image