18 janvier 2018
Allô? Quelqu’un?
Par: Le Courrier

Suis-je seul à avoir cette impression, mais il me semble typiquement maskoutain que de formuler de grands projets, de laisser entrevoir de belles réalisations prochaines et d’ensuite, laisser le tout tomber dans l’oubli sans égard aux attentes forcément suscitées? Avez-vous l’impression que nos élus – ou leurs mandataires – se comportent la plupart du temps comme si nous étions continuellement en période électorale? Réseau Sélection; réfection de la promenade Gérard-Coté; stationnement étagé au Centre-Ville; et j’en passe… Tout cela miroitait il n’y a pas si longtemps, puis… plus rien! 

Dans ce contexte, un projet en particulier me préoccupe spécialement : qu’en est-il ou plutôt qu’en sera-t-il de l’éventuelle implantation d’un véritable musée régional dans cette ville pourtant si versée en histoire, en généalogie, en arts, en patrimoine religieux et éducationnel? De bonnes décisions n’ont-elles pas été prises quant à l’acquisition et à la préservation d’immeubles qui sont eux-mêmes des trésors historiques? Je pense ici au monastère du Précieux-Sang et à l’église Notre-Dame-du-Rosaire, tout particulièrement. C’est facile de blâmer la Ville. Mais il ne faut quand même pas trop accabler notre administration municipale si le projet de musée tarde tant à prendre forme : la Ville n’en est pas l’exclusif maître d’œuvre, loin de là. Des organismes tels la Médiathèque, le Centre d’Histoire et Expression sont mandatés pour mener ce projet à terme.
Dans un article fort étoffé publié dans cette page par Serge Locas il y a déjà plusieurs semaines, il est fort éloquemment fait état non seulement de la nécessité, mais aussi de l’urgence de voir à l’implantation d’un véritable musée régional, lequel puisse chapeauter tous les aspects de la prestation historique que Saint-Hyacinthe souhaite offrir tant à ses visiteurs qu’à ses citoyens. Les informations présentement disponibles à ce sujet laisseraient croire que l’église-mère maskoutaine (Notre-Dame-du-Rosaire), récemment acquise par la Ville, pourrait devenir le centre nerveux et le principal lieu d’exposition de l’éventuel musée. Qu’il s’agisse d’expositions permanentes où de manifestations ponctuelles à caractère artistique, religieux-patrimonial ou autre, c’est d’abord à cet endroit et sous l’autorité du Musée que se tiendraient les événements.
Mais à peu près rien ne transpire quant à l’évolution des projets dont la gestion, du moins aux yeux du grand public, semble se faire en catimini.
La rumeur veut que le centre Expression déménage à l’église Notre-Dame. Cela signifierait-il qu’Expression deviendrait une sorte de société-mère chapeautant notre éventuel musée? Cela reviendrait bien évidemment à mettre la charrue devant les bœufs! N’appartiendrait-il pas plutôt à un organisme central responsable de tout le patrimoine historique et culturel local de voir à la gestion des éventuels événements en ce domaine, y compris les expositions?

image