19 décembre 2013
Départ de Claude Bernier
André Barnabé assumera la présidence par intérim de la Cité de la biotechnologie
Par: Jean-Luc Lorry
André Barnabé, président par intérim de la Cité de la biotechnologie.

André Barnabé, président par intérim de la Cité de la biotechnologie.

Depuis 13 ans à la tête de l’Alliance Boviteq, un centre de transfert embryonnaire dans le secteur bovin, André Barnabé a été nommé président par intérim de la Cité de la biotechnologie agroalimentaire, vétérinaire et agroenvironnementale de Saint-Hyacinthe. Un poste qu’il occupera jusqu’à ce qu’un successeur soit choisi lors de l’assemblée générale annuelle qui se tiendra en avril.

publicité

Cet homme d’affaires solidement enraciné dans la région succède ainsi à l’ex-maire Claude Bernier dans cette fonction bénévole, mais hautement stratégique.

André Barnabé connaît bien la Cité de la biotechnologie pour avoir fait partie du tout premier conseil d’administration à titre de représentant du secteur industriel en 2003. En 1994, il avait été embauché par l’actuel directeur général du CLD Les Maskoutains et de la Cité, Mario De Tilly pour y occuper un poste de commissaire industriel adjoint jusqu’en 1998.« Mario m’avait parlé de la Cité de la biotechnologie. Un projet extrêmement intéressant qui était une suite logique au développement régional. Cela me fait plaisir d’agir aujourd’hui comme président par intérim de la Cité. Mon implication dans cette organisation depuis le début en témoigne », considère André Barnabé, en entrevue au COURRIER.Celui-ci estime qu’il est prématuré de savoir s’il sera candidat ou non au poste de président de la Cité. « Dans les règles, on propose au premier vice-président de devenir président par intérim. J’aurais pu refuser. Mais j’ai choisi d’accepter parce que c’est un intérim », explique M. Barnabé.Celui-ci sera appuyé dans ses fonctions par le comité exécutif de l’organisation qui demeure inchangé et qui est composé de Michel Carrier, vice-président, Lise Tremblay, secrétaire et Roger Sylvestre, trésorier.

Plan d’action en matière de gouvernance

Au cours de cette période d’intérim, M. Barnabé aura pour principal mandat de mener à terme le plan d’action en matière de gouvernance qui permettra à la Cité de revoir ses différentes politiques et règles de régie interne.

Ce plan d’action a été proposé aux administrateurs par la direction générale de la Cité à la suite des recommandations émises par l’Institut de gouvernance des organismes publics et privés (IGOPP) et son président, Michel Nadeau. Un mandat d’examen avait été confié à cette organisation en septembre 2012 dans un souci d’améliorer ses règles de gouvernance et ses pratiques administratives. Comme première étape de ce plan d’action, un comité de travail de gouvernance et d’éthique a été créé et sera composé, pour le moment, du président de la Cité, de son directeur général, Mario De Tilly, de même que d’Alain Leclerc, administrateur.

Liens familiaux

En accédant au fauteuil de président par intérim, André Barnabé se retrouve en position d’autorité sur Mario De Tilly qui est le supérieur immédiat du fils de M. Barnabé, Philippe.

En 2012, Philippe Barnabé a été recruté par le CLD Les Maskoutains pour occuper un emploi de commissaire industriel adjoint. Son père nous a indiqué que son fils se voyait également confier des mandats pour des projets concernant la Cité.« On peut toujours voir des conflits d’intérêts potentiels. Les gens qui occupent des postes de permanent (Cité et CLD) ont été choisis en fonction de leurs compétences et de leurs aptitudes plutôt qu’en fonction de leurs liens familiaux », tient à clarifier André Barnabé.« Nous sommes tous des adultes et la dernière chose que l’on veut c’est de mettre en péril nos réputations professionnelles. Je n’ai pas autorité sur mon fils, mais effectivement sur son patron. Cette situation ne m’indispose vraiment pas. Le conseil de la Cité ne se résume pas à André Barnabé. C’est un conseil élargi et je n’ai qu’un siège. Il y a une obligation de performance à tous les niveaux, que l’on soit nommé ou embauché », poursuit-il.En ce qui concerne le CLD Les Maskoutains, Francine Morin, préfet de la MRC, assurera la présidence par intérim en remplacement de Claude Bernier jusqu’à la prochaine assemblée générale.

image