8 août 2013
Été dans le 450
André Sauvé : être à la folie
Par: Le Courrier
André Sauvé présentera son 2 e one-man-show <em>Être</em> les 15, 16 et 17 août au Centre des arts Juliette-Lassonde, dès 20 h.

André Sauvé présentera son 2 e one-man-show Être les 15, 16 et 17 août au Centre des arts Juliette-Lassonde, dès 20 h.

L’été dans le 450 s’amorce à Saint-Hyacinthe et c’est l’humoriste André Sauvé qui ouvrira le bal. Il présentera son tout nouveau spectacle Être, lancé il y a à peine un mois.

La « date charnière » est passée, le stress est retombé et la tournée peut désormais être entamée. Parce que disons-le, les premières médiatiques et les rituelles d’entrevues ne sont pas tout à fait la tasse de thé d’André Sauvé. L’humoriste de type solitaire préfère parler de questions existentielles plutôt qu’entretenir une conversation. Il est d’ailleurs parti trois semaines au Mexique pour entamer l’écriture de son 2 e one-man-show.

« C’est la première fois que je pars écrire ailleurs, raconte André Sauvé. Au départ, je n’étais pas certain si l’appel de la mer allait l’emporter sur l’appel de l’écriture et, finalement, j’ai été plutôt assidu au travail. »De retour au Québec, l’humoriste a écrit un an, seul, tous les matins. Un rituel que s’impose l’humoriste en période d’écriture. « Chacun a ses méthodes. Moi, j’ai besoin d’avoir une régularité, un drill pour programmer mon cerveau à écrire et que les heures de travail soient prolifiques », explique-t-il.Parce que l’écriture n’est pas une période de tout repos pour André Sauvé. Au contraire, il décrit l’exercice comme étant plutôt « exigeant et accaparant mentalement ». Il faut dire que l’humoriste ne se donne pas non plus la tâche facile.Avec Être, dont le titre en dit déjà long, André Sauvé plonge dans le fonctionnement humain et explore les zones de la folie quotidienne. Il questionne entre autres la signification d’expressions philosophiques, telles qu’« être soi-même » ou « profiter du moment présent ».Depuis son 1 er spectacle solo en 2008, la folie a toujours eu une place importante dans ses textes parce que le sujet a longtemps été une préoccupation. À force de rire de ses travers dans le cadre de ses spectacles, sa relation avec la folie a pris un tournant de plus en plus sain. « Je crois que plus on entre dans un sujet, plus on l’exorcise, plus on l’apprivoise. Dans mon cas, cela rapporte doublement puisque cela me permet de gagner ma vie », lance l’humoriste à la blague.Fidèle à sa réputation de passer du coq à l’âne, il intègre également dans son spectacle un numéro des sujets « non classés » à la manière dont il le faisait dans le cadre de l’émission 3600 secondes d’extase, animée par Marc Labrèche, et saupoudre le spectacle de numéros légers, des « petits pop corn » pour permettre à notre cerveau de respirer par moment. André Sauvé présentera le spectacle Être les 15, 16 et 17 août au Centre des arts Juliette-Lassonde, dès 20 h.

image