18 avril 2013
Anie Langelier : reconnue par ses pairs
Par: Le Courrier
Anie Langelier a remporté la 2<sup>e</sup> position du <em>Grand Prix du livre de la Montérégie, catégorie Tout-petits</em> pour le récit <em>Victor l'explorateur</em>.

Anie Langelier a remporté la 2e position du Grand Prix du livre de la Montérégie, catégorie Tout-petits pour le récit Victor l'explorateur.

Anie Langelier n’a pas encore publié son premier livre que déjà elle est reconnue comme auteure aux yeux de l’Association des Auteurs de la Montérégie (AAM) qui a décerné à son récit Victor l’explorateur la 2e place lors de la remise du Grand Prix du livre de la Montérégie 2013, catégorie Tout-petits qui s’est tenue dans le cadre du Salon du livre jeunesse de Longueuil.

C’est la troisième année que l’éducatrice au Centre de la petite enfance (CPE) Doux Réveil de Saint-Dominique soumet l’un de ses récits au Grand Prix du livre de la Montérégie. Mais c’est la première fois que l’une de ses oeuvres est primée.

« Je suis vraiment contente! C’est un rêve qui se réalise. Je suis maintenant identifiée comme une auteure et c’est spécial! J’ai l’impression d’avoir désormais un pied dans le domaine de la littérature. Mon livre n’est pas encore édité, mais le prix ne fera qu’augmenter les chances qu’il le soit, c’est certain », se réjouit Anie Langelier.Destiné à être publié sous forme d’album jeunesse, Victor l’explorateur raconte l’histoire d’un jeune garçon qui s’aventure dans la forêt à la recherche de l’abominable homme des neiges. Pendant son voyage, Victor fera plein de découvertes sur la végétation et les animaux qui l’entourent.« Je lis beaucoup d’histoires aux enfants dans le cadre de mon métier et j’ai constaté que les livres qui traitent de la végétation ou des animaux proviennent la plupart du temps d’Europe. Je me disais que cela n’était pas représentatif de leur environnement. J’ai donc voulu écrire une histoire dans laquelle je m’inspirais des découvertes du botaniste Frère Marie-Victorin », explique-t-elle.Avec un certificat en Littérature de jeunesse en poche depuis décembre 2012, Mme Langelier n’a pas perdu de temps pour écrire une oeuvre littéraire. C’est en se promenant en raquettes avec son conjoint dans un bois près d’ici que l’inspiration lui est venue.« Je voulais communiquer aux enfants que l’on n’a pas besoin d’une grande forêt pour se sentir comme un explorateur et que l’on peut faire de belles découvertes près de chez nous », dit-elle.Lors de l’entrevue avec LE COURRIER, Anie Langelier n’avait pas encore soumis son texte aux maisons d’édition. Avec quelques histoires accumulées jusqu’à maintenant, Victor l’explorateur risque d’être son premier livre, mais sûrement pas son dernier.

image